Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 12:15

On les savait pressés de s'approprier le travail d'autrui, je ne les imaginais toutefois pas si incompétents. Pas à ce point, quoi !

 

La fameuse première liste d'ouvrages indisponibles du XXe siècle, qui seront numérisés et commercialisés en septembre si leurs auteurs ou éditeurs ne s'y opposent, vient d'être publiée. Enfin, publiée, c'est vite dit. On a un site, bricolé à la va-vite, ReLIRE avec un moteur de recherche sur lequel il faut chercher les ouvrages en tapant le nom de l'auteur, le titre ou le numéro ISBN. Jusque-là, passe encore. Sauf que.

 

Sauf que tout cela fourmille d'erreurs et d'imprécisions. Par exemple, certains ouvrages collectifs ne sont donnés en résultat que si l'on tape le titre, et pas si l'on tape le nom de leurs auteurs. Des noms d'auteurs sont rentrés avec des fautes d'orthographe (et si j'ai pu m'en apercevoir par hasard, m'est avis qu'il y en a une foultitude d'autres que je n'ai pas repérés). On trouve aussi des ouvrages réédités, en papier ou en e-book, et qui sont loin d'être indisponibles.

 

Sans parler des ouvrages dont l'auteur ou l'un des auteurs est étranger  ! Ceux-là devraient être exclus du processus, puisque la loi française ne va tout de même pas jusqu'à modifier le droit d'auteur belge ou le copyright britannique ou américain. Et pourtant, on trouve des anthologies regroupant des nouvelles d'auteurs divers, et parmi eux Neil Gaiman, Charles de Lint, on trouve des romans d'Alain le Bussy, et j'en passe.

 

Ce ramassis de bourdes monumentales est absolument honteux et montre la BnF sous un jour bien peu plaisant. Il fait aussi un grand tort à l'édition – toute l'édition – française. (Oui, je sais, le SNE est à l'origine de cette arnaque, mais tirer une balle dans le pied de leurs descendants n'a jamais posé problème aux patrons des grosses entreprises, n'est-ce pas ?)

 

Croyez-vous, sincèrement, que les auteurs étrangers accepteront de publier une nouvelle en anthologie ou dans une revue, sachant que ce genre de truc peut – est déjà – arrivé ? Oh, certes, la loi ne concerne que les ouvrages indisponibles du XXe siècle, mais on n'en est pas à une erreur près, n'est-ce pas ? Et puis une première loi qui crée une telle brèche dans un droit fondamental, le droit d'auteur, c'est tellement facile à modifier, pour élargir son époque d'application… (En fait, je ne sais pas si c'est si facile, mais le risque que les auteurs étrangers le pensent et se méfient de l'édition française est réel.) J'aimerais bien avoir l'avis des agents, tiens !

 

Et les auteurs français, à l'ère du numérique, les auteurs français qui voient les éditeurs récompensés (payés) pour avoir laissé se perdre dans les oubliettes leurs ouvrages, croyez-vous sincèrement qu'ils referont confiance à ces gens-là ?

 

Enfin, les erreurs, les nombreux bugs du site, les fautes d'orthographe, etc. posent un réel problème d'ordre juridique. Que se passera-t-il si un auteur vérifie la liste et ne trouve pas ses œuvres, parce que son nom est mal orthographié ou bien parce qu'il n'est carrément pas listé en tant qu'auteur alors que les ouvrages collectifs auxquels il a participé le sont, eux, bel et bien, ou tout simplement parce que le site déconne et dit qu'il n'y a pas de résultat, que se passe-t-il donc, si cet auteur laisse passer la date et voit ensuite apparaître un livre piraté numérique ? Si le site est réparé ou la faute d'orthographe corrigée après la vérification de l'auteur ? Celui-ci se fait-il définitivement entuber avoir ?

 

Bravo, belle usine à gaz. Félicitations.

 

edit : on m'affirme que si, que les oeuvres écrites par des auteurs étrangers peuvent être concernées par cette loi dont le champ d'application est défini par "livre publié en France". Décidément bravo ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article

commentaires

Julien 23/03/2013 12:56


Merci, chère Lucie, pour cet article. Une précision toutefois: cette mesure ne profite pas à tous les éditeurs. Je travaille pour une "petite" maison qui existe depuis bientôt trente ans et
possède en conséquence un fonds assez important. 93 de nos ouvrages sont concernés par cette malheureuse entreprise et il nous faudra donc fournir 93 justification pour des livres qui rstent bien
souvent exploités en poche, chez nous ou dans d'autres maisons, pour des titres parus sous un nouveau titre, ou pour des titres que nous ne republions pas, faute de contacts avec des ayant
droits. Bref, il est hors de question que nous laissions des ouvrages dont les auteurs nous ont confié la gestion, être distribués collectivement dans ces circonstances, sans l'assentiment de
l'auteur. Et je peux vous dire que nous ne sommes pas les seuls. C'est le travail même de l'éditeur que de veiller à cela.
Je souhaitais simplement apporter ce témoignage pour contrebalancer l'opposition auteur/éditeur qui transparait régulièrement dans les billets au sujet de la plateforme ReLire. Il me semble que
cette manière de procéder est préjudiciable à toute la chaine du livre, de par la nature même du projet, et encore plus du fait d'une mise en application baclée, d'une liste aberrante bourrée
d'erreurs. Il existe à mon sens un grand nombre d'éditeurs mécontents du projet. C'est vraiment dommage qu'on ne les entende pas plus.
Amicalement,

Julien

Lucie Chenu 23/03/2013 14:20



Merci Julien ! Je suis ravie de vous lire ! Et oui, je sais bien que nombre d'éditeurs se désolent et luttent contre cette loi dont ils pensent eux aussi le plus grand mal. C'est vrai que c'est
dommage qu'on ne les entende pas plus, ceux que j'entends, pour ma part, ont souvent la double casquette auteur/petit éditeur. Ce sont des passionnés, comme vous, comme moi.

Si vous écrivez un article avec votre point de vue, je serai ravie de le lire et de le relayer !


 


Amitiés, Lucie