Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 08:33

Enfants du 20 décembre 1848, c'est quoi ? C'est un ensemble de trois billets du blog C(h)oeurs de Citoyens, extrait de "Enfants du 20 décembre", exposition de Rieul Pade (peintre et sculpteur) et Marie-Catherine Daniel (auteur)

 

Autrement dit, ce sont des poèmes illustrées, ou des peintures et sculptures racontées qu'on peut lire et admirer ici, ici et .

 

Et pourquoi cette date ? Parce que c'est celle de l'abolition de l'esclavage à la Réunion :

 

« Mes amis,
Les décrets de la République française sont exécutés :  Vous êtes libres. Tous égaux devant la loi, vous n'avez autour de vous que des frères. (...) 
»
Joseph Napoléon Sébastien SARDA GARRIGA,
Commissaire général de la République
Saint-Denis de la Réunion, 20 décembre 1848

 

 

  edit : une version complétée de "Enfants du 20 décembre" vient d'être commandée par la ville de Saint-Denis (de la Réunion). Elle aura lieu tout le mois d'août à la Médiathèque de Saint-Denis.

 

Repost 0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:46

Hé ! hé ! Voilà quelque chose qu'il ne faut pas laisser passer :-) je cite :

 

Vous le savez peut-être, galaxies est très lié à Géante rouge, le fanzine qui arrive à son 19ème numéro.
 
Géante rouge a désormais tout d'une revue : même présentation, même pagination que Galaxies, et il sortira désormais une fois par an, pour s'intercaler entre deux numéros de sa grande soeur. Géante rouge 2011 va sortir en mai, avec au sommaire rien moins que 14 nouvelles inédites, plus deux dossiers, l'un consacré à Jeanne A. Debats, et l'autre à Jean-Michel Calvez, et enfin, les 40 micro-nouvelles finalistes du Prix Pépin 2010 !
 
Alors, pour fêter cela, deux offres spéciales : pour 5 € seulement, Galaxies vous offre l'abonnement couplé. Oui, Géante rouge chez vous pour 5 € seulement au lieu de
13 € port compris !
 
Et comme si cela ne suffisait pas, ActuSF s'invite à la fête et offre aux cinq premiers abonnés à venir après l'envoi de ce mail un exemplaire du recueil "Manières noires" des nouvelles de J-M Calvez ! (voir http://www.actusf.com/spip/article-6518.html)
 
Alors pas une minute à perdre : www.galaxies-sf.com, et cliquez sur l'offre spéciale...

 

 Alors, pour ceux qui l'ignoreraient, le dossier Jeanne-A Debats, c'est moi qui m'en charge. J'ai interviewé la miss, établi (et commenté) sa biblio et lui ai demandé une nouvelle inédite.

 

Et en plus de ça, le recueil de Jean-Michel Calvez, je suis bien placée pour dire qu'il est absolument superbe : c'est moi qui l'ai préfacé ;-)

 

Alors, go on !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 13:57

Je viens de recevoir une anthologie tout ce qu'il y a de plus attirante : le thème du vampire, une couverture de Caza (et des bonus à l'intérieur), un sommaire alléchant et un festival à la clef ! Ca se passe à Anger, début avril, et c'est bien dommage que j'habite trop loin. Jugez plutôt :

 

 

 

imaJn'ère 2011
1ère Convention de la littérature populaire
et de l'imaginaire
Du 5 au 10 avril 2011
Tour Saint Aubin - rue des Lices - Angers
Entrée gratuite

AFFICHEmini

Tous les jours

Du mercredi au samedi : de 10h30 à 19h30
Dimanche : de 10h30 à 16h

Les expositions
Métamorphoses du vampire de Philippe Caza (planches, illustrations, nombreux inédits…)
Golgotha de Francisco Varon (mine de plomb…)

Le stand Phénomène J
Vente des œuvres des artistes et écrivains présents pendant la manifestation.
Grand choix d'ouvrages d'occasion (Science-fiction, fantastique, fantasy…)

Le coin ravitaillement
Boissons, confiseries, patisseries.

Activités - Rencontres

Mardi 5 avril
19h00 : Inauguration en présence de Philippe Caza et Francisco Varon.

>>>Présentation de l'association imaJn'ère et de la convention imaJn'ère 2011

>>>Fanfare transylvanienne avec Diatochroma

>>>Vin d'honneur

Mercredi 6 avril
A 15h et à 16h30 ne manquez pas les histoires vampiriques de la conteuse Myriam Albertier (Animation pour les 8-12 ans).

14h-17h : Rencontre avec Francisco Varon (illustrateur) et Patrice Verry (écrivain).

Jeudi 7 avril
14h30 : Rencontre avec Francisco Varon (illustrateur).
15h : Ima
Jn'ère pour quoi faire ? Rencontre avec des membres de l'association.
16h : Initiation au jeu de rôle Metal adventure (Science fiction, Space Opera, Pirates de l'espace) par son créateur Arnaud Cuidet.

Vendredi 8 avril
14h et 17h : Initiation au jeu de rôle Metal adventure (Science fiction, Space Opera, Pirates de l'espace) par son créateur Arnaud Cuidet.

A partir de 16h rencontres / dédicaces avec :
>>>Philippe Caza (illustrateur).
>>>Lionel Davoust, Thomas Geha, David S. Khara, Patrice Verry (écrivains).

Samedi 9 avril
Rencontres / dédicaces avec :
>>>Philippe Caza (illustrateur)
>>>Arnaud Cuidet (créateur de jeu de rôle),
>>>Patrick Boman, Pierre Charmoz, Lionel Davoust, Sylvie Denis, Patrice Verry, Roland C. Wagner (écrivains).

15h : Initiation au jeu de rôle Metal adventure (Science fiction, Space Opera, Pirates de l'espace) par son créateur Arnaud Cuidet.

Dimanche 10 avril
Rencontres / Dédicaces avec :
>>>Philippe Caza (illustrateur)
>>>Arnaud Cuidet (créateur de jeu de rôle),
>>>Sylvie Denis, Patrice Verry, Roland C. Wagner (écrivains).

16h30 : Goûter imaJn'ère et tirage de la tombola.

17h : fin des programmes, bonne nuit les petits, merci d'être venus… à l'année prochaine !

logo
Association ima
Jn'ère
3 rue Montault - 49100 Angers
Tél. +33 (0)2 41 39 74 85
imajnere@phenomenej.fr
www.phenomenej.fr

COUVmini

A l'occasion de la 1ère Convention de la littérature populaire et de l'imaginaire l'association imaJn'ère et les éditions Sous la Cape publie une anthologie vampirique iconoclaste :

Histoires d'Aulx
Nouvelles - 220 pages
Couverture et illustrations de Philippe Caza

Batista & Batistuta
Dracula fait son cinéma : " Le vampire, le monstre assoiffé de sang, il est adoré par la terre entière. C'est le plus puissant de tous les héros ! " Et comme metteur en scène, que donnerait-il ?

Philippe Caza
Noces : BD

Justin Hurle
Rage de dent : Devenir maître de la vampirie n'est pas de tout repos. Surtout quand on a mal aux dents !
Senteur d'Alep : Lorsque le désir et la Foi entrent en conflit, jusqu'où l'homme est-il capable d'aller ?
Russule Ruth : Etrange affaire qui de grincement de sommier en disparition de chat nous fait prendre conscience que nos voisins sont des êtres bizarres

David S. Khara
Les Crocs, Monsieur le Président : La faim, circonstance atténuante pour un excès de vitesse ? Allez donc expliquer ça aux gendarmes !

Aedes Lagrippa
Y a plus d'saison : Les petites bêtes ne mangent pas les grosses ? Mais elles peuvent parfois leur faire peur.

Artikel Unbekannt
Jaune : Un cas clinique étrange.
Rouge : Un voyage au fond de soi.

Patrice Verry
Lorsqu'il ouvrira : Quand on est la dernière, est-il possible de croire encore en l'avenir ?

Jean-Hugues Villacampa
Lágrimas de sangue : De Paris à Angers en passant par Rio et Washington, la truculente aventure d'un vampire en cavale.

Sous une magnifique couverture de Philippe Caza, l'équipe d'imaJn'ère et ses prestigieux invités vous offrent une autre vision du vampire moins superficielle que les guimauves dentues qui nous sont présentées ces derniers temps. De la violence exacerbée à la poésie la plus dérangeante, en passant par de l'action débridée, les écrivains de cette anthologie renouvelle le genre avec originalité et humour.



Repost 0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 18:35

Si certains d'entre vous sont dans le coin, je vous recommande, le samedi 26 mars, de 15 h 30 à 17 h 30, d'assister au concert de clarinette, violoncelle et piano dont voici le programme :

 

Clarinettes : Nelson Malléus & Aurélie Beluche
Violoncelle : Gyorgy Adam
Piano : Lucas Malléus

- Ludwig Van Beethoven, Troisième duo pour clarinette et violoncelle op.147
- Richard Strauss, Romance pour violoncelle et piano
- Nelson Malléus, Trio pour clarinette, violoncelle et piano (création)
- Johannes Brahms, sonate op.120 n°1 pour clarinette et piano

 

Le concert a lieu au temple protestant

14, rue de la banque à Chambéry
J'ai découvert les frères Malléus via Youtube, j'étais tombée par hasard sur une interprétation époustouflante de la Rhapsodie hongroise n°2, de Liszt, par Lucas Malléus.
et de fil en aiguille,sur MySpace et/ou Facebook, je suis tombée sur les compositions de Nelson Malléus, pour piano et clarinette, interprétées pas les deux frangins. En voici un extrait.
Bref, je sais pas, vous, mais moi, si j'habitais dans les environs de Chambéry, j'aimerais beaucoup assister à ce concert. J'espère qu'il sera filmé/enregistré.
Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 14:36

Pour mieux faire comprendre ce qu'il en est, la Fondation Abbé Pierre a réalisé un web-documentaire qu'on peut visionner depuis peu. C'est grâce au blog de Michel Huyette que je découvre cela à l'instant. Voici deux extraits de la bande annonce.

 

 

 

 

 

 

Et voici la page sur laquelle on peut visionner le webdoc. Il faut choisir entre le mode "fenêtre" et le mode "plein écran". On a ensuite une succession de séquences.

J'ai aussi trouvé cette page consacrée à ce webdoc. Enfin, pour s'indigner, on peut mettre un carton rouge au mal-logement.

 

(article préalablement publié sur C(h)oeurs de Citoyens)

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 18:55

Le saviez-vous ? Les associations loi 1901, sans but lucratif, font de la concurrence en "pratiquant des activités économiques" que pratiquent aussi, à des tarifs bien plus élevés, des entreprises. Bien entendu, il est hors de question d'empêcher des entreprises de gagner de l'argent. Le remède à cette concurrence déloyale (social ? Qui a dit "social" ?) est simple : cesser de subventionner les dites associations.

Celles-ci s'organisent et lancent un appel dont voici un extrait :

Le Collectif des Associations Citoyennes s’est constitué suite à la signature, le 18 janvier 2010 par le Premier Ministre, d’une circulaire qui encadre de façon sévère les règles de subventionnement des associations.

En affirmant que « la grande majorité des activités exercées par des associations peuvent être considérées comme des activités économiques », le gouvernement franchit ainsi une nouvelle étape, décisive, dans la mise en œuvre d’une politique « ultralibérale ». Menée avec constance, les objectifs poursuivis visent en réalité à affaiblir le secteur associatif et à favoriser son instrumentalisation par les pouvoirs publics : multiplication des appels d’offres et mise en concurrence quasi-systématique des associations entre elles, complexité croissante de la procédure de subventionnement pour les petites associations, perte de l’initiative des associations dans l’identification et la satisfaction de besoins d’utilité sociale ou d’intérêt général mise en place de critères d’évaluation de l’action associative totalement inadaptés.

En voulant réduire la plus grande partie des actions associatives à des activités marchandes, cette politique entend privilégier « le tout concurrence » au détriment de la solidarité et organise une réduction drastique des financements publics.

Pour en savoir plus : http://www.associations-citoyennes.net/

 

(billet préalablement pulié sur C(h)oeurs de Citoyens)

Repost 0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 11:54

Je ne connaissais pas cette opération, je la découvre seulement maintenant sur RSF-blog, et je décide d'y participer. Voilà en quoi ça consiste : pour chaque billet publié sur les Restos du Cœur, Danone et Carrefour s’engagent à offrir 10 Repas aux Restos du Cœur. L'an dernier, cette mobilisation des blogueurs avait permis d'offrir 16 675 repas. Ils étaient 1 457 blogueurs à relayer l'opération...

 

http://storage.canalblog.com/98/85/390509/62000206_p.jpg

Alors bien sûr, ça fait de la pub à Danone et Carrefour. Mais ça en fait surtout aux Restos du Cœur. Et comme le dit fort justement  Lhisbei sur RSF-blog,ce qui est honteux c'est qu'on ait besoin, en France, actuellement, des Restos du Cœur. Et on en a besoin de plus en plus.

 

L'an dernier : 830 000 bénéficiaires. Cette année : +5% d'inscrits.

 

Cherchez l'erreur dans notre société où les grosses entreprises font des profits record malgré la crise financière...(OK, C&D en font sûrement énormément, mais justement, ça me plait qu'une partie de leur bénéfices servent en dons de repas.)

 

 

 

http://storage.canalblog.com/27/23/390509/62000082_p.png

 

 

Alors donc, si vous, lecteurs-blogueurs, souhaitez participer à l'opération, voilà le mode d'emploi :

 

 

 

 

 

 

 

http://storage.canalblog.com/46/51/390509/62000141_p.gif

 

 

 

Les 4 et 5 mars prochains, des centaines de bénévoles collecteront des aliments dans les hypermarchés et supermarchés. Vous connaissez sûrement le principe...

 

 

 

Alors oui, je sais, on est tout le temps sollicité. Mais là, on sait où vont les aliments récoltés !

Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 15:47

La semaine prochaine, je serai au festival Zone Franche, à Bagneux, dont vous pouvez consulter le programme en ligne. Il se tient les samedi et dimanche 5 et 6 mars, et le vendredi 4 mars est la « journée professionnelle » (plus pour les libraires et bibliothécaires). Je devrais arriver le vendredi en cours de journée


Je serai principalement présente sur le stand de Rivière Blanche, pour dédicacer mon recueil, Les Enfants de Svetambre, et les collectifs auxquels j'ai collaboré, Plumes de Chats et Dimension de Capes et d'Esprits et sur celui d'Ad Astra, pour ma dernière anthologie (réunie par moi, ça va, vous suivez ? Parce que moi, j'avoue que je m'y perds ! ;-)) Contes de Villes et de Fusées.

 

Mais on me verra aussi sur le stand des toutes nouvelles éditions Asgard, pour la parution d'Éternelle Jeunesse, l'anthologie officielle du festival, ainsi que sur ceux d'Argemmios (pour Flammagories  et Il était 7 fois), de Griffe d'Encre (Chasseurs de Fantasmes), de Malpertuis (Malpertuis I),  d'ActuSF (Appel d'Air), de CDS éditions (« L »), de Sombres Rêts (Mystères et Mauvais Genres), des éditions du Riez (Les Dames Baroques). Et avec de la chance, l'anthologie sur la Guerre prévue aux éditions Hydromel sera parue…

 

Enfin, le samedi à 15 h 30, je participerai à une table ronde qui aura pour thème « les anthologies de l'Imaginaire : pourquoi et comment ? », avec ma double casquette d'anthologiste et d'auteur.



Tout ça ne me laissera pas beaucoup de temps pour admirer les expositions, les spectacles (je me réjouis d'avance à l'idée de retrouver la Compagnie du Lysandore et de découvrir le nouveau groupe de John Lang, sauf que, aïe, zut  ! vais-je pouvoir me dédoubler, me détripler, pour assister au colloque sur le thème du Héros ?)

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 10:16

Depuis quelque temps, depuis quelques années, j'ai le sentiment qu'en France – mais sans doute aussi ailleurs – les notions de fraternité, d'égalité et de liberté se délitent. Elles sont mises au rancart, elles perdent de leur importance, pire, nous sommes incités à les abandonner au profit d'autres « valeurs » (que je peine à définir, tant je leur accorde peu de valeur, en fait) telles que la réussite sociale, l'argent et l'identité nationale (et/ou communautaire, tant ce sont les deux faces de la même fausse monnaie  !).

 

Je suis née en 1960, et j'ai grandi en apprenant que « Liberté, Égalité, Fraternité » était la devise de la République française, et aussi de Haïti. Et même après que j'ai commencé à penser par moi-même, j'ai toujours considéré ces trois mots comme fondateurs de la société dans laquelle je voulais vivre, société que je ne limite pas à aux seules France + Haïti, ni aux seuls Français + Haïtiens. Voir ainsi attaquées, moquées, méprisées, ces trois notions fondamentales, me met en colère et m'inquiète. Comment élever nos enfants dans le respect de l'autre, de sa liberté, de l'égalité de ses droits et de la fraternité qui lui est due, quand au plus haut sommet de l'État, on accorde plus d'importance à l'apparence ? Quand dans les médias dominants, on les dénigre ? Quand se montrer fraternel, c'est à dire pratiquer l'entraide et éprouver de la compassion, ou exiger les mêmes droits pour tous, hommes, femmes, de tous bords et de toutes identités, la même liberté d'être soi-même, est raillé, réprimé ?

 

Du coup, j'ai eu envie de réaliser une sorte de blog-ou-site collectif sur ce thème, comme une anthologie en ligne, où prendraient place des textes (essais, témoignages ou fictions), des dessins ou des vidéos.

 

J'en ai parlé autour de moi et les réactions ont généralement été encourageantes. Alors petit à petit, avec quelques camarades, nous avons créé cette plate-forme. Ça n'a pas été sans sueur et grincement de dents, surtout lorsqu'il m'a fallu toucher à la technique internettique, mais heureusement Didier, fidèle complice d'Univers & Chimères (entre autres choses) m'a beaucoup aidée. Et voilà, le bébé est en train de naître ; d'ailleurs, voici l'annonce officielle.

 

C(h)oeurs de Citoyens est un blog collectif créé par des citoyens d'horizons divers pour qui Liberté, Égalité, Fraternité sont plus que de simples mots, sont des valeurs à faire connaître et partager autour de soi. Parce que certains d'entre nous sont écrivains (de SF, de polar ou d'ailleurs), dessinateurs, lecteurs et, avouons-le, très blogueurs, notre démarche est celle du blog qui présentera des nouvelles, des bandes dessinées, des témoignages, des vidéos ou des essais parlant de la fraternité, de l'égalité, de la liberté, et de la façon dont on peut les vivre, maintenant, à l'aube du XXIe siècle.

 

Les choristes dont les œuvres sont déjà publiées ou programmées sont : Jean-Pierre Andrevon, Leslie Boulay, Charlotte Bousquet, Philippe Caza, Lucie Chenu, Marie-Catherine Daniel, Claude Ecken, fredgev, Gudule, Alexis Logié, Pandora...

 

Un formulaire de contact et une lettre d'abonnement aux billets sont à votre disposition en page d'accueil.

 

Le blog est encore en cours d'aménagement. En particulier, le bandeau devrait changer.

 

D'ailleurs, nous lançons un « appel à bandeau ». Or donc, à tout illustrateur qui souhaiterait proposer un bandeau dans le thème, l'image doit avoir une taille de 760 pixels sur 178. Il y aura un affichage aléatoire de trois ou quatre bandeaux.

 

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 11:34

Tous les ans au mois de janvier, les gens se souhaitent une bonne année, font des vœux pour que la nouvelle année soit moins pire que la précédente, etc. Pas les éditions du Bélial qui, par le biais de leur revue Bifrost, décernent chaque année un palmarès de « razzies » accompagnés de commentaires méprisants, blessants si possible, sous prétexte d'humour et de franchise. Alors bien sûr, les rédacteurs de l'article s'auto-dédouanent en écrivant : les Razzies se veulent subjectifs, bêtes, d'une mauvaise foi plus qu'occasionnelle et volontiers méchants. Faire sourire est leur seule ambition (en tout cas avouée). Un peu comme ces avertissements en début de roman expliquant que toute ressemblance... bla-bla-bla. Sauf que là, des noms sont cités explicitement et traînés dans la boue.

 

Et sauf que l'ambition non-avouée est de plus en plus visible. Les razzies sont orchestrés par Gilles Dumay, qui dirige la collection Lunes d'encre chez Denoël et publie, sous le nom de plume « Thomas Day », aux éditions.... du Bélial (comme c'est étrange !), et Olivier Girard, le patron du Bélial, rédac-chef de Bifrost. On sait que Lunes d'encre se porte très mal, Dumay en parle sur le blog de la collection et sur les forums, c'est même très instructif au sujet du fonctionnement des grosses boites (Denoël appartient à Gallimard). Le Bélial va très mal aussi, j'en veux pour preuve le fait que le nouveau roman de Francis Berthelot paraît chez Rivière Blanche. J'en suis ravie pour Rivière Blanche, ceci dit, et le Bélial publiera la version électronique du roman, mais pour que Girard ne publie pas actuellement la version papier comme c'était prévu, il faut que la maison d'éditions connaisse de gros soucis.

 

Ça n'est pas un secret  : l'édition se porte mal, très mal. De multiples raisons à cela.

1) Les gens lisent moins de livres (quand on compare leur prix à celui des DVD, ça n'a rien de surprenant), les types de loisirs se multiplient, il y a des tas de choses à faire, à vivre, autres que la littérature. Savoir si c'est dommage, inéluctable ou que sais-je est un autre débat.

2) L'édition numérique change la donne, mais personne ne sait réellement de quelle manière. Il reste inconfortable de lire un e-book, les gros éditeurs refusent de donner aux auteurs un pourcentage plus élevé qu'avec les livres de papier alors que les frais de distribution sont largement réduits, les drm empêchent le prêt d'un livre ou sa revente, et les e-books sont le plus souvent plus onéreux que les livres de poche  !

3) La crise financière a touché tous les secteurs, et en particulier la culture. Quand on ne sait pas si demain on aura de quoi bouffer, je ne vois pas pourquoi on achèterait des livres...

4) Dans le domaine qui nous intéresse, la SFFFF (science-fiction-fantastique-fantasy francophone), l'arrivée d'Orbit, avec une politique de management rentre-dedans (j'en veux pour preuve les multiples SP que je reçois alors que j'ai averti l'attachée de presse que, non, je ne chroniquerai pas leur production, et que d'ailleurs, la revue Faeries pour laquelle elle m'envoyait ça n'existe plus depuis des années) a balayé les « rapports de force » qui s'étaient instaurés entre les diverses maisons d'éditions.

5) Enfin, la multiplication des petites maisons d'éditions est généralement montrée du doigt par les plus gros éditeurs. En effet, ils estiment qu'un livre vendu à quelques dizaines d'exemplaires fait plus de concurrence qu'un tirage de 10 000 (cherchez l'erreur, je n'invente rien).

 

Bref, Lunes d'encre et le Bélial vont mal, et savoir cela donne un éclairage différent à la lecture des razzies.

 

Sur le forum du Bélial, on peut lire diverses réactions, dont certaines avant lecture. Et puis, j'ai pu lire ceci : Reçu mon Bifrost ce matin. Rapidement feuilleté avant d'atterrir aux razzies. Je n'ai pas souri une seule fois. Il y a dedans des choses très vrais (...)

 

Il y a aussi des mensonges éhontés qui n'ont visiblement pour but que de nuire à la concurrence... Moi, je trouve ça très flatteur, finalement, c'est une façon de dire aux petits « vous entrez dans la cour des grands », mais je comprends que d'autres réagissent mal à ce qui s'apparente à de la diffamation.

 

Alors pour que les choses soient claires auprès des lecteurs de Bifrost (parce que ses rédacteurs le savent parfaitement), Argemmios rémunère ses auteurs, collaborateurs et illustrateurs. À titre d'exemple, voilà le tarif pour les illustrations. Et en ce qui concerne la direction littéraire de Llorona on the rocks, de Charlotte Bousquet, je toucherai 2%, le tarif normal. Rien de bénévole là-dedans, ce qui ne m'empêche pas de m'éclater avec des fanzines ou webzines par ailleurs.

 

(Tout ceci pour dire qu'Argemmios aurait parfaitement pu concourir au razzie de la pire illustration, si ce n'est que les couvertures sont toutes superbes, bien sûr  ;) )

 

Je continue à relever quelques-uns des mensonges...

 

Passons sur la question de savoir si Lokomodo est un véritable éditeur... De fait, c'est un diffuseur-distributeur qui fait de l'ombre, en particulier en créant un label  : les éditions Asgard., je comprends qu'un éditeur en difficulté fasse la grimace (enfin, le jour où Asgard vendra plus qu'Orbit... ça sera champagne !)

 

Passons sur l'auto-édition de Nathalie Dau chez Argemmios, alors qu'elle publie chez Griffe d'encre (je vous conseille d'ailleurs son Contes Myalgiques II, encore plus sublime que le premier qui lui avait valu le prix Imaginales), chez Auzou (Légendes, créatures fantastiques est traduit en Espagne, en Hongrie, en Russie, au Portugal... excusez du peu) et d'autres. Il est évident que lorsqu'elle publie un de ses propres ouvrages chez Argemmios, c'est pour enrichir le catalogue. Les « pros » le savent, mais les lecteurs de la revue l'ignorent et concluent à tort qu'Argemmios a des pratiques malhonnêtes, et que c'est une maison d'éditions à éviter. D'autant plus, dit l'article, qu'elle publie de la merde (sic) pour les enfants.

 

En ce qui concerne cette nomination (aux razzies de la pire nouvelle) d'un recueil de contes pour petits enfants, je passerai sur la phrase scato-pédophile que signent les auteurs de l'article. Je comprends qu'elle ait fait tourner les sangs à Pierre Gévart, même si pour ma part je m'en contre-balance, n'ayant pas besoin de la hargne d'autrui pour me conforter dans l'idée que ce livre auquel je suis fière d'avoir participé est une réussite.

 

Passons encore sur l'hypocrisie schizophrène qui consiste à décerner un razzie aux moutons électriques pour leurs ouvrages sur les vampires (en s'auto-co-nominant pour avoir publié un numéro sur ce thème, afin de faire semblant de se donner bonne conscience). Ce que les rédacteurs de cet article oublient de préciser, c'est qu'ils ont lancé leur appel sur ce thème aussitôt après avoir, l'année précédente, attribué un razzie à Estelle Valls de Gomis pour son anthologie Vampires parue chez Glyphe, « razzie de la pire incompétence éditoriale », alors que ce bouquin est celui qui a le mieux marché et de loin de la collection. (Pour info, un « razzie de la pire incompétence éditoriale » « récompense » un plantage, comme celui de Lunes d'encre, cette année.) Ça m'avait bien fait rire à l'époque, ce razzie suivie de l'imitation, et j'avais largement relayé l'info. Et ce que les rédacteurs de l'article ne vous diront jamais, c'est que les bouquins des moutons sont nettement plus réussis et ont nettement plus de succès que leur revue, même le numéro sur le thème des vampires.

 

Passons enfin sur le passage qui m'a fait rire tant l'affirmation est ridicule : aller dire que Jeanne-A Debats s'est « lourdement inspirée » de « textes originaux » (textes qu'on se gardera bien sûr de citer) relève du plus haut comique. Et si je comprends la réaction épidermique de Jeanne, et si j'aime son franc-parler et son coup de gueule, j'avoue que je ne partage pas sa colère, tant l'idée me paraît burlesque. Stratégies du Réenchantement est un recueil (tiens, encore un excellent recueil paru chez Griffe d'encre !) tellement bon, abouti et, oui, original, que seuls ceux qui ne l'auraient pas lu pourraient croire à du plagiat.

Ah oui, mais flûte. Justement, cet article est écrit à destination de ceux qui n'ont pas encore lu ce livre, et cette phrase a pour but d'éviter qu'ils ne l'achètent...

 

Mais bon, faut pas croire, hein ! Il n'y a pas que des mensonges. Il y a aussi des trucs dont j'ignore tout (et me contre-fiche), des histoires de goûts et de couleurs (moi, je l'aime bien, la couverture de Blaguàparts), et puis des trucs totalement vrais et mérités, comme par exemple le fait que la remise du GPI2010 à Saint Malo faisait Cosette à la mer. La preuve en film.

 

Finalement, il n'y a qu'un seul passage que je trouve réellement insultant en plus d'être mensonger. C'est le fait de comparer le blog Métier éditeur avec celui de la « ligue deu ». Des amateurs passionnés par leur métier (oui, métier, même si pas vraiment alimentaire), ça n'a rien à voir avec des « professionnels » (qui, eux, gagnent des thunes) persuadant un pote de rompre un contrat, bla-blatant sur un forum au sujet d'un manuscrit reçu (citant le nom de l'auteur, quelle élégance ! quelle déontologie !) ou crachant sur les anthologies auxquelles ils ont participé, puisqu'après tout, ils ont été payés au forfait, donc se fichent éperdument que le livre se vende ou non.

 

Ah, et suggérer un razzie à Andrevon pour n'avoir pas pu se rendre à la Convention dont il était l'invité d'honneur... C'est vraiment laid. Et pas drôle.

 

Pas plus que n'est drôle (sauf à se marrer devant l'inculture) le fait de citer le roman de Musso, un auteur français, parmi les pires romans étrangers. (Ou alors, il y a une vanne que je n'ai pas comprise.)

 

Même la vanne contre le Cafard Cosmique n'est pas drôle, bien que très vraie  : un bateau à la dérive, rouillé, noyauté par un trio de blasés qui n'ont encore rien prouvé, sauf d'avoir pris trop au sérieux la formule « connard élitiste ». (Pour ceux que ce terme choquerait, c'est l'auto surnom de ce site internet et de ceux qui le fréquentent, et de fait, ça leur va fort bien.) Ça pourrait être drôle, si les rédacteurs de l'article n'avaient pas tellement contribué à faire du forum du CC ce qu'il est devenu. Du coup, ça devient pathétique.

 

Alors Olivier Girard, rédacteur en chef de Bifrost, puisque tu t'es dit prêt à publier un « droit de réponse », prends ceci pour le prochain numéro de Bifrost (en notant la véritable url du blog des éditeurs et pas le truc bidon de ton article), et envoie-moi un exemplaire justificatif.

 

Ah, non, j'oubliais : je peux m'asseoir dessus. Lorsque j'ai accepté que Bifrost publie avant moi la nouvelle que Francis Berthelot avait écrite pour (Pro)Créations, j'avais demandé à recevoir en échange un exemplaire de la revue. Je l'attends toujours.

 

Sinon, je reviens au forum du Bélial pour saluer la réaction de Don Lo qui dit (des tas de choses intéressantes dont  :) Et donc je vais faire la seule chose en mon faible pouvoir : ne pas acheter et ne pas lire ce Bifrost. Tant pis pour les nouvelles et les articles qui le méritaient. Mes excuses aux auteurs. Ça me paraît bien préférable au refus en bloc de lire les productions du Bélial (comme je l'ai lu sur le forum d'ActuSF), car il y a chez cet éditeur des petites merveilles, des auteurs fabuleux comme Joëlle Wintrebert, Francis Berthelot, Michel Pagel, Claude Ecken (dommage, il paraît que son article sur la SF dans ce numéro de Bifrost pollué par les razzies est excellent) (en fait son livre est réédité en poche) ou Jean-Pierre Andrevon (ah, c'est donc ça, le Bélial était furieux qu'Andrevon ne puisse assurer la promotion de son roman ?)

 

Je saluerai aussi la réaction de Casse-bonbon qui, après avoir lu l'article, est revenue sur ses conseils de zénitude. Même si je crois qu'elle a allumé le feu aux poudres avec sa diatribe contre Métier éditeur le jour où nous (ce blog, les lecteurs, les gens du métier, les passionnés...) étions en deuil.

edit : Tout compte fait, non, je ne salue pas, parce qu'un coup elle dit qu'il faut être zen et tendre l'autre joue, un coup elle s'insurge contre les mensonges et insultes de l'article, et après elle dit que j'aurais dû faire preuve de plus de mesure, et pour finir avoue que, tout compte fait, elle n'a pas lu l'article (et conclut que les autres l'ont lu en diagonale...)

 

Et, hors-forum, j'applaudis au billet de Cibylline.

 

Mais quand, sur le forum d'ActuSF, je lis « ce qui ressort de cet article, c'est la haine incroyable qui semble régner dans le milieu, et qui dégoute, purement et simplement », j'ai carrément les boules parce que ce que dit Cachou est tout à fait compréhensible, et juste et faux à la fois. Juste, parce que la haine dégouline, et faux, parce qu'elle ne règne pas dans le milieu, mais émarge de quelques-uns, seulement. D'autres pratiquent au contraire la solidarité (Métier éditeur en est un parfait exemple) et ce, malgré la concurrence. Dur, dur  ? Oui, mais pas impossible. Et tellement plus enrichissant. (Et, non, Cachou, tu n'aurais pas dû garder ton indignation pour toi, elle est saine et normale, tu n'as pas à t'auto-censurer !)

 

Pour en revenir aux Razzies. J'ai exprimé plusieurs fois mon désir d'en recevoir un, et je croyais avoir mes chances avec Les Enfants de Svetambre. À la place, les injures faites à Il était 7 fois me paraissent tellement hors de propos et même pas drôles...

J'ai aussi dit, apprenant que j'étais supposée avoir servi mes excréments à ma fille, que je regrettais vivement qu'il n'y ait pas de cérémonie de remise des prix, que je m'y serais volontiers rendue avec mes bottes en caoutchouc et mon seau de crottin. Lorsque certains ont parlé d'entartage, j'ai dit que tel était le but du seau de crottin. Ça n'était pas tout à fait exact. Il m'aurait surtout servi à assainir l'atmosphère.

 

Parce que vraiment, tout ça pue.

 

Enfin, ça a tellement peu d'importance... j'ai entendu une nouvelle qui me réjouit  : les Tunisiens se rendent en nombre dans les librairies pour trouver tous les livres jusque-là interdits... La littérature (peu importe son étiquette de genre, sous-genre, etc.) aurait-elle encore de beaux jours devant elle ?

 

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article