Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 08:42

Wikipedia, c'est très drôle. Non pas les articles en eux-mêmes ; ils sont parfois intéressants et instructifs, parfois complètement erronés, souvent parsemés de fautes de frappe, mais tout cela révèle finalement quelque chose : c'est vivant. Et lorsqu'on va voir l'historique d'un article, on s'aperçoit qu'il en existe plein de versions, que des gens réécrivent, rajoutent des fautes, ou les corrigent, bousillent l'article, ou le complètent... Dans la plupart des cas, si un article est "abîmé", c'est par ignorance du sujet ou (plus délicat) avis divergents entre deux rédacteurs. Mais il arrive qu'il y ait du "sabotage". Quand on regarde l'historique d'un article, on peut comparer différentes versions. Dans certains cas, il y a des modifs qui s'enchaînent, plusieurs fois par jour. Il y a même des robots qui s'en mêlent (ou s'emmêlent...). Bref, c'est marrant.

 

Là où ça devient vraiment rigolo, c'est qu'il y a un article à mon nom, et que celui-ci a été modifié un grand nombre de fois. Je vais parfois lire les commentaires du style "A protégé Lucie Chenu: Vandalisme excessif". C'est agréable de se savoir protégé ;-) Et c'est aussi très flatteur de se savoir vandalisé :-D

Il y a aussi "Écrire son autobiographie dans Wikipédia n'est pas recommandé.,   Afin d'éviter que Wikipédia ne devienne un moyen de promotion,  pour des personnes encore inconnues dans leur domaine."

Bon, apparemment, un gus a pensé que j'avais écrit l'article en question. Ce n'est pas le cas, mais je reconnais avoir de temps à autre corrigé des fautes -- et je ne vois pas au nom de quel principe je devrais laisser un truc qui cause de moi plein de fautes (d'orthographe ou d'erreurs au niveau d'une date de parution ou que sais-je), au motif que ça cause de moi !

(Ceci dit, la promo par Wikipedia, j'y crois moyen. Parce que l'article, avant d'y arriver, faut l'avoir cherché, déjà.)

 

Mais la bonne tranche de rire, c'est pas ça. C'est une réécriture de l'article qui a été corrigée, et ma foi, je le regrette. Parce que j'aimais beaucoup. Alors je vous ai fait un copier-coller (est-ce qu'on a le droit de faire des copiers-collers de l'historique de Wikipedia ?), en supprimant les signes cabalistiques qui servent à donner des hyper-liens ou des italiques, mais en laissant les fautes d'orthographe dont certaines ont été volontairement rajoutées. Voilà ce que ça donne :

 

''Lucie Chenu''' est un œnologue français travaillant dans le domaine vinicole du médoc.

 

Elle a reçu le Prix Pomerol à deux reprises (2008 et 2009) pour son activité d’œnologie.

 

Elle a été, durant quelques années, active dans le cognac tout comme dans la cidrerie et le grand bordeaux.

 

Elle a co-dirigé la récolte du Beaujolais des maisons Glyphes de 2007 à 2009, date à laquelle elle a démissionné afin de se consacrer à ses propres cépages.

 

== Œuvres ==

 

Recueil de nouvelles

Les bouchons de cidre, Éditions Black Coat Press, collection ''Rivière Blanche'', 2010

 

Anthologies

 

Alambisterie, 2007, Éditions Glyphe, collection « Imaginaires »

 

De Cognac en Champagne, 2008, Éditions Terre de Brume, collection « Grande Bibliothèque Arthurienne »

 

ça s'arrose, 2009, Éditions ''Glyphe'', collection « Imaginaires »

 

Glouglou, 2010, Éditions ''Oskar'', collection « Oskar Fantasy »

 

Contes de Pinard et de Gniole, 2010, Éditions ''Ad Astra''

 

J'aime beaucoup, pas vous ? Surtout le Contes de Pinard et de Gnôle (oui, je corrige la faute à "gnôle", c'est réflexe). Ça me donne des envies d'anthologies sur le thème des vins et des alcools, des fêtes arrosées -- ou enfumées -- qui peuvent tourner au cauchemar, ou pas... Ça me rappelle aussi un superbe roman de Michel Pagel que j'avais beaucoup aimé : L'Esprit du Vin.

 

Bref, je vais guetter avec impatience le prochain "acte de vandalisme" ! Si tous les trolls pouvaient avoir autant d'esprit, voilà qui me réjouirait ^^

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 14:52

 

 

Le Petit Jardin des fées                                           http://www.lelitteraire.com/IMG/fees%20couv.jpg

Anne Duguël, alias Gudule

éditions [Mic_Mac]

collection Prétexte

illustration de couverture : Xavier Collette

octobre 2010, 176 pages, 17 €

 

 

Le petit jardin des fées est un roman pour adultes, c'est pourquoi Gudule l'a signé Anne Duguël, son nom de plume réservé aux adultes (alors que Gudule, son nom de plume tout court, a servi surtout pour ses ouvrages jeunesse, mais pas que, la preuve, les deux omnibus publiés chez Bragelonne : Le Club des petites filles mortes et Les filles mortes se ramassent au scalpel) (en fait, Gudule explique la raison de ce nouveau changement de pseudonyme dans une interview récente). Il est paru aux éditions [Mic_MaC], dans la collection Prétexte, une collection pour adultes, donc, chez cet éditeur spécialisé pour la jeunesse. C'est un roman d'horreur, mais pas de fantastique. Est-ce pour cela, je ne sais pas, mais toujours est-il qu'on a peu parlé de ce livre, comparé à d'autres titres de Gudule. Ce qui est bien dommage, à mon humble avis, parce que ce bouquin est excellent, et que je me suis régalée à sa lecture. Un seul regret pour ce livre superbement illustré par Xavier Collette : qu'on en parle si peu. À vrai dire, même le site de l'éditeur n'est pas à jour, et c'est sur Le Littéraire que j'ai trouvé l'illustration de couverture. (Attention, je trouve que la chronique de Serge Perraud, très intéressante au demeurant, dévoile un peu trop l'histoire, donc à vous de voir si vous avez envie de la lire avant de lire le roman. Je trouve aussi que dans la réserve qu'il émet, S. Perraud confond l'auteur et son personnage…)

 

Vanille et Fleur sont en vacances chez leur mamie, Claudine Duchemin, à Pastourou, un village du Tarn. Elles y jouent tous les jours avec Nina, la fille du maire et de la tenancière du bar-tabac. Les trois fillettes vont dans le « jardin aux simples » et écoutent de la musique, et dansent, dans l'espoir d'attirer les fées. Elles vont effectivement attirer quelque chose, mais pas ce qu'elles espéraient.

Dès le début, on sait que quelque chose s'est passé, quelque chose de dramatique qui concerne Fleur. Mais on ne sait pas quoi, on devine, peu à peu. On comprend à demi-mot, on se trompe peut-être, et on découvre bien plus que ce à quoi l'on s'attendait.

L'histoire est racontée tour à tour par une dizaine de personnages, neuf, très exactement, qui jouent un rôle plus ou moins important. Il y a Vanille, la grande sœur de Fleur, Nina, et Claudine, dont on découvre peu à peu le passé douloureux. Et puis les parents de Nina, et d'autres encore. Et tous ces gens nous parlent comme si on était au courant, comme si l'on savait ce qu'il s'était passé, alors qu'on n'en sait rien. Et ils ont tous une façon bien à eux de s'exprimer. Les fillettes parlent comme des enfants, elles ont des préoccupations d'enfants, un langage d'enfants – plus ou moins, car elles n'ont pas le même âge, et puis l'une est parisienne et parle de sa sœur, l'autre est de Pastourou et parle de son village. Les adultes n'ont pas du tout les mêmes préoccupations, d'ailleurs, ils ont tous des choses différentes en tête, certains sont heureux de vivre, d'autres ressassent de vieilles rancœurs, voire de grands malheurs. Il est question de fenêtres bouchées, de chasseurs bourrés, et puis de lourds secrets, à peine murmurés.

Au début, j'ai cru que je n'allais pas m'habituer à ces changements de narrateurs si fréquents – chaque « témoignage » dure entre une et trois pages – et puis, bien sûr, je m'y suis fait très vite. Bien sûr, parce que Gudule – pardon, Anne Duguël – a un immense talent, alors on y croit, on rentre très vite dans l'histoire et dans les sentiments, les émotions des habitants de Pastourou. Et aussi parce que les narrateurs étant présentés en annexe, en tête de roman, il est aisé de s'y reporter, le temps de faire connaissance. (À la fin du livre, c'est la généalogie des principaux personnages qui est indiquée, et c'est une autre très bonne idée.)

Et petit à petit, ces narrateurs qui, en apparence, ne parlent pas de la même chose, ne racontent pas la même histoire, dessinent une image, à la façon d'un puzzle, ou plutôt d'une toile, par petites touches impressionnistes. Il y a des moments de chagrin, de la peur, mais aussi des rires et des rêves. Il est question d'amour dans ce livre, et de haine aussi. De souffrance et de bonheur. D'erreurs, oh oui ! De ces choses très simples, très quotidiennes, qui construisent un destin, une personnalité.

Tous ces gens ont des tons qui sonnent terriblement juste. Ce n'est pas un style littéraire que nous offre Gudule, mais neuf. Neufs voix qu'on a l'impression d'entendre parler avec des accents du Sud, de Paris ou du Wisconsin, neuf paroles exprimées avec retenue, humour ou colère, neuf personnes dont on devine, par la façon qu'elles ont de s'exprimer, ce qu'elles ont vécu, les voyages, les expériences, les épreuves qui les ont forgées. Parce qu'en fait, plutôt que de raconter ce qui est arrivé à Fleur, chacun dit ce qu'il a vécu, récemment et autrefois.

C'est du grand art, et c'est bon !

 

  edit : une précision que j'ai oublié de donner. Ce bouquin est un roman d'horreur, mais il n'est pas malsain. Il ne m'a pas mise mal à l'aise comme certains textes. Et pour ça aussi, chapeau Gudule !

 

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 11:29

Ça fait bien longtemps que je n'alimente plus ce blog que de façon sporadique, pour signaler un salon ou une parution, qui me concernent directement ou non, qui m'intéressent pour une raison ou une autre. Il y a bien des raisons à cela: trop de choses à faire, vivre, écrire, pas assez de temps ni d'énergie. Et puis over-blog m'ennuie ; ça m'agace, quand je visite un blog, de voir en gros s'afficher une sorte de pop-up pour relayer l'article sur facebook, twitter et autre. Bien sûr, je relaye parfois des articles que je lis et trouve intéressants à faire connaître autour de moi. Mais ça reste une démarche volontaire, pas un réflexe pour se débarrasser d'une image envahissante… (Mais bien sûr, vous, c'est pas pareil, et vous devez relayer mes billets !) Bref, j'ai souvent envie de changer de blog, de rapatrier le mien sur la plate-forme indépendante qui héberge déjà C(h)oeurs de Citoyens, mais cela aussi demande du temps, de l'énergie, de la disponibilité que je n'ai pas, sans parler des connaissances en informatique. Déjà, pour CdC, si je comprends les explications de Didier et Macada, quand je dois les appliquer, tout s'embrouille dans ma tête!

 

Bref, pourquoi je vous raconte tout ça, moi? Ah oui, pour vous dire que malgré cela, le désir de bloguer est toujours là. Il a juste changé de forme. J'ai souvent envie de partager mes lectures de façon très informelle et très subjective, comme le fait Henri Bademoude dans Délices & Daubes, sauf qu'en ce qui me concerne, je n'aurai pas envie d'écrire une ligne sur un livre qui me tombe des mains, à moins d'être payée très cher. Si déjà le livre m'ennuie, pourquoi irai-je m'enquiquiner à en parler? Je n'ai déjà pas assez de temps pour parler de tous ceux que j'ai aimés! Ou alors, il faudrait que je sois vraiment très très furax d'avoir eu ce livre entre les mains…

 

J'ai donc décidé d'ouvrir une « rubrique littéraire » dans laquelle je parlerai de livres que j'aime, sans pour autant me sentir obligée d'étayer mon avis par une explication de texte. Oui, bien sûr, je vous dirai pourquoi j'ai eu plaisir à lire tel ou tel bouquin, ce que j'ai ressenti en le lisant, mais je ne me sentirai pas obligée de vous dire pourquoi vous devriez l'aimer. Et je ne parlerai pas que de SF, fantastique ou fantasy, je compte bien déborder sur le polar, le roman historique, la littérature générale, les essais et les manuels de jardinage do-in.

 

Enfin, si j'ai le temps, bien sûr. Ce qui est loin d'être gagné.

 

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 18:51

C'est le week-end prochain qu'a lieu Scientilivre, et je ne vous en ai pas encore parlé. C'est que je suis débordée, double vie, voire triple, et tout ça… L'une d'elles (de ces vies) accouchera de nouvelles (dans les deux sens du terme) et je vous en reparlerai. Les autres sont privées ;-)

 

Or donc, Scientilivre. Il s'agit d'une manifestation très sympathique, organisée par l'association Délires d'encre, qui a lieu tous les ans à côté de Toulouse, à Labège. Il est question de science et de science-fiction, on y trouve des ateliers pour les enfants, mais aussi pour les plus grands. Des auteurs sont invités, des scientifiques, des auteurs de SF et des dessinateurs, puisque la BD n'est pas oubliée. Et cette année, pour la première fois, j'y participerai en tant qu'auteur – les autres années, j'y allais en touriste ;-)

 

J'y serai donc les samedi et dimanche, de 10 heures à 19 heures – quoique je vais peut-être partir plus tôt afin d'aller voter au second tour des primaires. J'espère que ceux d'entre vous qui habitent Toulouse ou ses environs pourront venir me faire un petit coucou. Vous pourrez aussi y rencontrer Ugo Bellagamba, Jeanne-A Debats, Jean-Claude Dunyach, Claude Ecken, Christian Grenier, Gudule, Nathalie Le Gendre, Danielle Martinigol, Christophe Lambert et Christophe Nicolas, Vanessa Terral, Rachel Tanner, Philippe Ward et j'en passe ! C'est la librairie Album-Bédéciné qui s'occupera de nous, autant dire que nous serons chouchoutés ;-)

 

La liste complète, ainsi que celle des activités, jeux, ateliers et conférences, se trouve sur le site : http://www.scientilivre.com/

 

Vous y trouverez aussi un plan d'accès. Alors, à bientôt ?

Repost 0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 16:53

Je viens de recevoir l'appel à textes suivant, à diffuser le plus largement possible :


Les éditions Dreampress.com (http://www.dreampress.com), en partenariat avec l’émission « Ce n’est que de l’amour » diffusée sur RCN 90.7 FM (http://www.rcn-radio.org) (en attente d’autres partenaires) lancent un appel à textes, fictions et articles, pour la mythique revue « Ténèbres » qui prépare un énorme numéro spécial « Dark-en-ciel » dont la thématique sera : « fantastique (littéraire, cinématographique, télévisuel), homosexualité (LGBT), homophobie ».

 

Benoît Domis, gérant de Dreampress.com, a confié à Daniel Conrad (directeur d’ouvrages et producteur de l’émission) et à Julien Gelly (vice-président d’Equinoxe Nancy Lorraine et co-présentateur de l’émission) la rédaction en chef de ce numéro original, historique et précurseur.

 

Cette revue-anthologie, comme à son habitude, veut réunir les grands noms francophones et anglo-saxons mais aussi découvrir de nouveaux talents, tant dans la sphère des littératures de l’imaginaire, que dans celle de la littérature gay voire générale.

 

Aussi nous recherchons des nouvelles mêlant fantastique (du gore, en passant à la terreur, au fantastique et à la quiet horror, dramatiques ou comiques) et la thématique LGBT (lesbienne, gay, bi et transgenre) et/ou sur l’homophobie. Aucun calibrage n’est imposé. Daniel Conrad et Julien Gelly sélectionneront les textes sur des critères de qualité, d’originalité et surtout sur le respect de la double thématique imposée.

 

Pour les articles, vous pouvez proposez vos idées avec un plan simplifié à l’adresse email en fin d’appel (nous avons déjà des textes sur « Carmilla et le lesbianisme, l’homosexualité dans l’œuvre de Clive Barker). Nous attendons des propositions sur la littérature, le cinéma et les séries télévisées. Là aussi, aucun calibrage n’est imposé.

 

Vous pouvez envoyer vos textes ou nous contacter pour des articles, avant le 30 septembre 2011, à l’adresse email suivante : tenebresdarkenciel@gmail.com ou par voie postale à :

« Editions Dreampress.com

Ténèbres Dark-en-ciel

45, rue du Général Hoche

54000 NANCY »

 

Merci de largement diffuser cet appel à textes autour de vous.

 

Pour les partenariats publicitaires gratuits ou payants avec des associations, émissions radios et éditeurs, merci de nous contacter par email à l’adresse ci-dessus.

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 12:48

Les Rencontres de l'Imaginaire 2011 auront lieu au château de Comper, en forêt de Brocéliande (près de Paimpont, au coeur de la Bretagne) les 23 et 24 juillet. Les invités d'honneur sont Pierre Dubois et René Hausman.

 

 

 

  http://storage.canalblog.com/01/27/628339/66251765_p.jpg

 

 

 

 

RI-2011.Flyer.Verso.jpg

 

 

Vous trouverez d'autres informations sur cette page. Ou peut-être quelque part sur ce site. Ou encore à cet endroit.

 

De plus, le Centre de l'Imaginaire Arthurien accueille jusqu'au 16 octobre, une exposition sur le thème "De Morgane à Mélusine". Sur deux niveaux, à travers scénographies, accessoires, costumes, textes et images, l’exposition évoque les liens, les différences et les complémentarités de deux parmi les plus célèbres fées de notre imaginaire.

 

 

Et parce que c'est pas tout, ça, mais j'ai du boulot, je me remplonge dans mon anthologie arthurienne ;-) Si Mélusine n'y est  a priori pas conviée, Morgane sera présente, en compagnie de Guenièvre, de Viviane, d'Arthur, Mordred, Merlin, Gauvain, Keu Galaad, Perceval, et d'autres encore...

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 22:53

Dis ce que je dis

 

Quand tu dis c'que j'pense,

t'es intelligent.

On s'tape sur la panse

et j'te félicite,

t'es mon camarade

et t'es mon client.

Tu me donnes ton pèze.

 

Mais si tu t'avises

d'avoir une idée

que j't'ai pas dictée,

alors t'es mauvais,

t'as des goûts de chiotte,

t'es le grand public,

tu lis des brouillons

mal corrigés !

 

Mon livre est primé,

c'est qu'il est génial,

mais çui-là aussi

preuve, c'était fatal,

de « l'amateurisme

du milieu et pas du tout

un critère de qualité ».

 

Dis ce que je dis,

lis ce que j'écris

ou que je publie,

pense ce que je pense

et lèche mes bottes,

tu s'ras mon pote !

 

Car si tu t'avises

d'être intelligent,

d'avoir des idées

des goûts différents,

alors c'est qu't'es naze.

Faut t'rééduquer,

t'envoyer en camp

de redressement.

 

Rappelle-toi, mon pote,

que « Récompenser

par des prix ce genre

de travail finit

d'ôter toute crédibilité

au genre dans son ensemble ».

 

Dis ce que je dis,

lis ce que j'écris

ou que je publie,

pense ce que je pense

et lèche mes bottes,

tu s'ras mon pote !

 

Car vois-tu, mon gars,

le genre, c'est c'qui compte,

c'est la religion

seule autorisée.

 

Si tu lis aut'chose,

t'es un hérétique,

tu es satanique,

faut t'ouvrir les tripes,

te mettre sur l'bûcher,

et en attendant

faut brûler les livres

qu'j'ai pas publiés,

ils sont tous mauvais

puisque je te l'dis.

 

répète après moi,

pas b'soin d'vérifier,

va pas regarder,

j'ai raison, j'te dis

 

dis ce que je dis

lis ce que j'écris

ou que je publie

pense ce que je pense

et lèche mes bottes,

tu s'ras mon pote !

 

Va sous l'arc-en-ciel

au bout de la nuit.

Vois l'astre qui luit.

Admire sa teinte

toute de noirceur.

Ce sont tes seuls dieux,

ce sont les démons

de la tromperie.

 

Crois en eux mon frère,

entre en religion,

dis ce que je dis,

lis ce que j'écris

ou que je publie,

pense ce que je pense

et lèche mes bottes,

tu seras mon pote !

 

Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 17:34

Et voilà, tout est dans le titre, ou presque. Demain, samedi 11 juin, toute le journée (avec une pause entre midi et deux), se tient à Rieumes (au sud-ouest de Toulouse) un salon de BD organisé par la dynamique médiathèque (qui est en cours de déménagement dans un nouveau local, et ça, c'est une excellente nouvelle !)

 

BD_Rieumes_1.jpg

 

 

BD_Rieumes_2.jpg

 

 

 

 

J'aurai le plaisir d'y participer, en tant qu'auteur local d'histoires pour enfants publiées dans des livres illustrés ;-) J'y présenterai donc, principalement, Il était 7 fois, collectif publié aux éditions Argemmios.

 

http://boutique.argemmios.com/WebRoot/ce_fr/Shops/216008/4CB2/CCC6/C3D3/647A/01DD/3EC1/CD18/06A4/couv-ie7F.jpg

 

 

 

Ceci dit, si vous souhaitez un autre livre, vous pourrez me demander.Il me reste quelques exemplaires du numéro de Faeries consacré à Marion Zimmer Bradley :

 

faeries09-2002.jpg

 

Il y a bien sûr, ma dernière antho, Contes de Villes et de Fusées, parue chez Ad Astra

 

CVF

 

 

 

plumesdechats.jpg

 

 

Et chez Rivière Blanche, quelques exemplaires de Plumes de Chats ou des Enfants de Svetambre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

svetambre01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pourrez rencontrer Céline Bellocq, Philippe Bringel, Joris Chamblain, Christophe Célici, Sébastien Cosset, Cédric Debard, Rolland Fajeau, Maïwenn, Frédéric Medrano, Pierre Puchol et Suki. Les fanzines Le Barbu et Croc en Jambe seront aussi représentés.

 

Il y aura des animations diverses, des jeux, quizz, etc. ainsi qu'une séance gratuite de cinéma à 15 h 30 : Chasseurs de Dragons, de Guillaume Ivernel et Arthur Qwak

 

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 10:47

J'ai le grand plaisir de vous annoncer la parution de « Niche, cabane, ya !», dans La Guerre, anthologie d’une belligérance, recueil dirigé par Yael Assia et Merlin Jacquet aux éditions Hydromel. Le livre sort fin mai, pour les Imaginales où les éditions Hydromel seront présentes(pas moi, mais vous pourrez y rencontrer beaucoup d'auteurs présents).

 

couverture la guerre

 

La très belle couverture est signée Simon Goinard Phelipot

 

 

Au sommaire

  • Stéphane Beauverger

  • Stéphanie Benson

  • Pierre Bordage

  • Charlotte Bousquet

  • Jean-Michel Calvez

  • Lucie Chenu

  • Lionel Davoust

  • Léo Henry

  • Jess Kaan

  • Li-Cam

  • Luvan

  • Jacques Mucchielli

  • Jérôme Noirez

  • Laurent Queyssi

Résumé de l'éditeur :

La guerre, c’est l’opéra grotesque d’un crime à grande échelle ; une forme fondamentale de la nature humaine, le théâtre atavique de la discorde. La guerre, c’est l’abandon de soi dans l’idée commune, et l’expression la plus extrême de la solitude de l’être.
Quatorze déclinaisons sensibles et concernées sur la pandémie la plus imaginative de l’Histoire : de l’esthétique du conflit à la mise en exergue de l’horreur brute d’un enfant-soldat, les textes composent de la guerre dans notre société et nos imaginaires ; de la dissension entre et au sein de nos êtres, de la mémoire dans nos structures, sous toutes nos coutures.
De l’humain bâti sur le feu pour s’anéantir dans ses braises. De la tension, de l’exécution, du souvenir, avec violence, lassitude – avec espoir, parfois ; puisqu’il ne s’agit au final rien de moins, dans toute la splendeur de son ironie, que d’une bataille contre la guerre.

 

Cette anthologie a une histoire éditoriale un peu compliquée, comme beaucoup. Elle était prévue chez un autre éditeur qui, au moment de la crise, a préféré ne plus publier d'ouvrages collectifs. Yael l'a donc proposée à Merlin Jacquet pour Hydromel, et Merlin l'a non seulement acceptée, mais, de fait, co-dirigée. Au passage, quelques points de base ont dû être revus : ainsi du fait de verser une partie des droits d'auteurs à une ONG, c'est quelque chose de très compliqué, semble-t-il. Quelques auteurs prévus au départ ne figurent plus au sommaire – et dans un cas, au moins, un mail qui n'est jamais arrivé à son destinataire a empêché qu'un problème ne soit réglé. Beaucoup d'aléas, donc, pour cette antho au thème difficile.

 

Je ne sais pas ce qu'il en est des autres auteurs, mais, pour moi, il a été très douloureux d'accoucher de cette nouvelle. Yael voulait que nous ancrions nos histoires dans des conflits existants. J'ai choisi de parler des Balkans, de la Yougoslavie, de la Serbie. De villes où j'ai de la famille. Le texte s'est nourri de souvenirs d'enfance et de documentation bien souvent flippante à consulter. Et il est venu par morceaux, par pièces éparses griffonnées fébrilement dans des salles d'attente, que j'ai assemblées ensuite comme un puzzle. Ce qui a marqué une étape dans ma façon d'écrire. Depuis, certaines de mes nouvelles viennent comme ça, des paragraphes déchirés que je réunis ensuite, et colle, étonnée de voir que ça fonctionne – en tout cas, ça fonctionne sur les gens à qui je fais lire les textes-puzzles assemblés. C'est très troublant, pas confortable du tout, et heureusement, ça n'est pas toujours comme ça que ça marche.

 

Pour en revenir à l'antho, elle sera disponible aux Imaginales, donc, mais on pourra aussi la commander chez l'éditeur ; elle devrait d'ici peu être ajoutée au catalogue.

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Parutions
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:45

L'association Amplitude organise plusieurs stages de yoga à Rieumes (au sud-ouest de Toulouse) dans les semaines et mois à venir.

 

Tout d'abord, le Dimanche 22 mai, 9h30 à 17h30

 

Ensuite, le Week-end des 2 et 3 juillet : stage YOGA & MATERNITE

 

Et enfin : Stage d'été une semaine : du 1er au 5 août 2011

 

Pour plus de détails, rendez-vous sur la page du site consacrée aux stages.

Repost 0
Published by Lucie Chenu
commenter cet article