Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 08:53
Les éditions Nestiveqnen ont traversé une passe difficile, on le sait. Mais Chrystelle Camu et Jean-Paul Pellen n'ont jamais baissé les bras et reviennent à présent avec le Faeries Artbook 1



il paraitra en novembre 2008 (c'est tout bientôt !) coûtera 18 € et présentera le travail de vingt-deux illustrateurs et pas des moindres ! Parmi eux, Sandrine Gestin, John Howe ou Florence Magnin livrent leurs secrets de fabrication. Allez donc faire un tour ici ou .
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 08:11
Je suis tombée sur Brice Hortefeux, ce matin au petit déjeuner. Vous imaginez dans quel état ça me met pour la journée... Ce monsieur affirme sans sourciller, entre autres choses, que
1) aucune interpellation n'a jamais eu lieu à proximité d'une école
2) un sans papier, c'est quelqu'un qui a menti sur les motifs de son voyage en France, qui est arrivé avec un visa de tourisme et l'intention de s'installer.

Non, M. Hortefeux, un sans-papiers ça n'est pas -- pas forcément -- un menteur. De nombreuses personnes sont en France depuis longtemps, des mois, des années, des décennies, arrivées de façon totalement légales, et parce que certains gouvernements ont changé la règle du jeu en cours de partie, se retrouvent, du jour au lendemain, "hors la loi", parce que la loi a été modifiée. Des personnes âgées venues rejoindre leurs enfants qui vivent et travaillent tout ce qu'il y a de plus légitimement en France, des enfants qui, devenus majeurs, se voient remettre une OQTF (joyeux anniversaire, les mômes !) Et puis il y a ces couples d'amoureux, séparés du jour au lendemain, parce que des "fonctionnaires trop zélés de la république" ne peuvent envisager qu'ils puissent ne pas être des simulateurs, des menteurs... Tout ça, M. Hortefeux, vous ne pouvez l'ignorez, pas avec tout le courrier, les pétitions, les supplications que vous avez reçues.

Et ces gens qui vivent en France depuis des années, qui, pour certains, ne connaissent pas d'autre mode de vie que le nôtre, vous voudriez les renvoyer '"chez eux" ? Mais, M. Hortefeux, "chez eux", c'est ici. C'est chez moi, c'est chez nous. Et si ça n'est pas chez vous, alors, je vous en prie, M. Hortefeux, ne vous gênez pas pour nous, déménagez ! Pour ma part, je préfère un voisinage d'étrangers plutôt qu'un voisinage de blancs-comme-il-faut refusant de partager les richesses du pays où ils ont la chance d'être nés avec d'autres, issus de pays que nos ancêtres ont pu piller.

Non, ceci n'est pas de la diffamation : l'un de mes ancêtres a été ministre des Colonies et je ne préjuge en rien de vos ancêtres, M. Hortefeux. J'aime mieux préciser puisqu'à notre époque, la moindre opinion de travers vaut un procès, comme ceux qui ont été intentés aux militants de RESF ayant eu le tort d'exprimer publiquement qu'à leur avis, le régime actuel présentait de nombreuses ressemblances avec celui de Vichy (au fait, où a lieu votre prochain colloque, déjà ? Vous ne manquez ni d'humour, ni de sens de la provocation, M. Hortefeux) ou celui fait au quidam qui a voulu suivre la voie tracée par le président élu de notre pays et a brandi sur son passage une pancarte sur laquelle était écrit "casse-toi, pauv'con".

(au passage, quand on manque à ce point de sens de l'humour, on évite d'avoir celui de la provocation)

Et ces menteurs, ceux qui viennent ici illégalement, que vous présentez volontiers comme responsables des maux de la France, ne pensez-vous pas que leur présence est une richesse pour nous plutôt qu'un handicap ? Il est toujours bon de découvrir d'autres cultures, de s'ouvrir aux autres, et cela doit se faire des deux côtés pour que ça fonctionne. L'amitié ne se nourrit pas d'images-miroirs, mais plutôt d'Autres et, de différences.

Et ça, M. Hortefeux, je pense en effet que vous ne le savez pas. Et cela, finalement, m'inspirerait plutôt de la pitié
Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 08:30
On dit que Samain permet le passage vers un autre monde... En tout cas, une chose est sûre, ce passage, cet autre monde, sont au coeur des livres dont je vais vous parler, livres qui, chacun pour une raison précise, me tiennent particulièrement à coeur (ce qui fait beaucoup de coeurs, je suis d'ac-coeur, mais quand on aime, on ne compte pas !)

Vient de paraître aux éditions Auzou, un magnifique ouvrage pour les enfants, bestiaire fantastique intitulé Légendes Créatures fantastiques. Le texte est de Nathalie Dau, et les illustrations de Krystal Camprubi.





Manières Noires, un recueil de nouvelles de Jean-Michel Calvez que j'ai préfacé et qui sort le premier novembre chez ActuSF. il sera bien évidemment présent (il, le livre et il, l'auteur), aux Utopiales !



Sept nouvelles dont six inédites, sept voyages vers un ailleurs, sept textes en même temps homogènes et totalement différents. On pleure, on flippe, on se marre, on a droit à une belle palette des talents de Jean-Michel. Je sais qu'il y a quelques fans de Calvez qui me lisent, certains ont même beta-lu ma préface (oui, je fais beta-lire mes préfaces) eh bien, croyez-moi, vous ne serez pas déçus ! L'illustration est d'Alex Cherry.

A l'occasion de cette parution, JMC répond à quelques questions ici.

Le même jour et toujours chez ActuSF, parait un recueil de nouvelles de Sylvie Lainé : Espaces insécables. Je ne l'ai pas lu, mais comme j'ai beaucoup aimé son premier recueil, Le Miroir aux Eperluettes, je ne vais pas hésiter !



A noter que Gilles Francescano illustre ce recueil et est nominé au GPI pour la couverture du précédent !

Autre auteur, autre recueil, pour un thème proche et un traitement totalement différent : Les éditions Glyphe sont heureuses et fières de vous annoncer la parution prochaine (novembre) de Tous ces pas vers l'enfer, de Jean-Pierre Andrevon.




Tous ces pas vers l'enfer est un recueil de, avec et par Jean-Pierre Andrevon. Il en est l'auteur et l'illustrateur puisque la couverture reprend une de ses nombreuses et magnifiques toiles (on ne sait pas assez qu'Andrevon est non seulement écrivain, mais aussi peintre et chansonnier). Le recueil comporte huit textes, à savoir cinq nouvelles précédemment publiées, une autre qui n'est parue que dans une brochure distribuée commercialement et deux textes totalement inédits : "Dans le train", une nouvelle empreinte d'une poésie sombre, et "Des vacances gratuites", court roman totalement déjanté.

J'ai pris un grand plaisir à travailler ce recueil, alors : enjoy !

Enfin, je ne peux quitter cet article sans vous rappeler d'aller faire un tour sur le site du Calepin jaune qui propose de nombreux ouvrages tous plus tentants les uns que les autres ! En particulier Les Actes amanites, de Lise N., La Laiteuse et son chat, de Gérald Duchemin et... c'est quoi, ça ? Prysmes ? d'une certaine... Charlotte Bousquet ? Quelqu'un connaît ?





Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 15:15
parce qu'over-blog me fait des misères !

Et maintenant, on arrive au plus difficile : rajouter la chanson sans laquelle je ne pourrais pas vivre.  Et là, vraiment, je ne sais pas ! C'est donc là que je vais éhontément tricher :-)


Je ne peux pas me passer des Shocking Blue, et surtout de leurs morceaux les plus atypiques :





Je ne pourrais pas me passer du Boléro de Ravel :




Je ne pourrais pas me passer des Choeurs de l'Armée Rouge, et surtout, du Chant des Partisans :




Je ne pourrais pas me passer d'Alan Stivell et de la musique celtique, dans son ensemble




Ceci est la version de The Foggy Dew par Sinead O'Connor, une voix splendide


Autre voix extraordinaire, Magdi Ruzsa, voici sa version d'Ederlezi


(mais Unsubstantial Blues est sublime, dans le genre Janis Joplin)



Et puis j'adore les films musicaux, à la Fred Astaire ou bien, mes deux films cultes :

Cabaret, de Bob Fosse (tiens, marrant, m'a inspiré une nouvelle il y a quelque temps, qui n'est pas du tout de la SF ni rien de fantastique)



Et The Rocky Horror Picture Show... j'ai d'ailleurs en projet d'écrire un truc inspiré de, mais je n'ai pas encore eu le temps. Je vous raconterai un jour pourquoi et comment j'ai eu peur de ce film que je connaissais pourtant par coeur, mais en privé et de vive voix ^___^



Et là, il est vraiment temps que j'arrête parce qu'over-blog et ma connexion me font des trucs zarbis. Donc à mon tour de tagger cinq personnes, ça sera mes cinq complices du premier opus d'Univers & Chimères qui était consacré... à la Musique ! J'ai nommé DiChim, Julien, Meliades, Alba et Nedeleg.

Et il est très dur de se limiter à cinq personnes ! Heureusement que Charlotte B. a déjà taggé certains que j'avais repérés ;-)

edit : Mélanie a raison : comment ne pas mettre Melody Nelson ?


Découvrez Serge Gainsbourg!

Repost 0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 13:53
(et oui, la faute d'orthographe est volontaire ;-))

Ainsi, donc, Mélanie Fazi s'étant fait taguer dans un jeu musical fort sympathique, a renvoyé comme il se doit la patate chaude et j'ai été l'une des cinq à devoir la rattraper. Voici les consignes :

- Choisir 5 chansons qui vous ressemblent et dire pourquoi

- Faire une petite playlist avec

- Rajouter en sixième position "The Song", celle que vous aimez d’amour, plus jamais vous ne pourrez vivre sans

- Et taguer 5 personnes de votre choix.


Ca va évidemment être très difficile de se limiter à cinq, cinq chansons et cinq personnes... on va voir si j'y arrive.


Voici la numéro 1 :




La première chanson, ou plutôt, le premier air, c'est le générique de fin de "Bonne Nuit les petits". Bien sur, je regardais Nounours à la télé le soir, avant d'aller me coucher, mais il y a d'autres raisons qui font que cet air est un peu moi. D'abord, le flûtiste est mon oncle, ensuite, quand mon fils était petit, après lui avoir raconté des histoires, je sortais de sa chambre en chantant doucement cet air et en lui faisant coucou, comme le Marchand de sable. Arrêtez de vous bidonner, derrière vos écrans, c'était meugnon comme tout, d'abord !


En numéro 2, du folklore serbe :





Le son et l'image ne sont pas terribles, mais j'ai dansé sur ces airs-là, et j'ai toujours des pièces des costumes folkloriques. Si c'est mon père qui était Serbe (enfin, Yougo, à cette époque, pour moi, que mon père soit Serbe était un peu l'équivalent d'être Normand, d'autant que ses origines étaient plutôt polonaises, autrichiennes, juives et françaises !), c'est ma mère qui m'a fait découvrir et aimer la Yougoslavie dont elle était tombée amoureuse au cours de l'un de ses voyages, à une époque où les jeunes femmes ne partaient pas à l'aventure dans les pays de l'Est...



Voici la troisième :




J'ai eu une époque où j'étais fan de Julien Clerc, et cette chanson est l'une de celle qui me touchaient le plus. Et puis mon fils s'appelle Yann... Et j'ai toujours un vieux rêve d'écrire à partir des paroles d'Etienne Roda-Gil.


La numéro 4 s'impose elle aussi sans conteste :





Bob est un vieux pote du Havre et j'ai longtemps suivi ses tournées. De plus, celle-ci est l'une de mes préférées et... il y est question de Toulouse où je vis (enfin, à 50 km) maintenant ! D'ailleurs, j'ai un souvenir de mes premières semaines à Toulouse, Alain ne m'avait pas encore rejointe, je roulais dans la ville en écoutant ce morceau à fond...

Une anecdote : la première fois que j'ai rencontré Sylvie Miller et Philippe Ward, on s'est très vite mis à parler musique (tiens donc ;-)), mais à peine ai-je dit que j'étais du Havre qu'ils se sont exclamés en choeur : "Little Bob !"

Voilà le cinquième et dernier morceau qui représente une part de moi :




C'est "mon" morceau de Flamma Flamma, le requiem du feu, de Nicholas Lens. C'est ce projet un peu fou, ce collectif dont la plupart d'entre vous ont entendu parler. Se répartir 14 morceaux à 14 auteurs, écouter en boucle notre morceau et écrire sous influence. Ca a été une expérience intense sur de nombreux plans, personnels, émotionnels, scripturaux. Et ce morceau, que ma mère aimait beaucoup (elle aimait beaucoup ma nouvelle, mais je la crois peu objective sur ce plan-là ;-)) a été joué lors de ses obsèques... moment étrange, triste et beau. Pas de messe classique, mais une cérémonie bouddhiste à l'hopital et au moment de l'enterrement une cérémonie "faite sur mesure" où nous (moi, Alain, mes cousines, des amis) avons choisi des textes que nous souhaitions lire, des morceaux que nous voulions écouter, une denière fois, avec elle. J'ai lu un extrait du Prophète de Khalil Gibran, l'extrait qui parle de la mort.


Un truc marrant : dans ma nouvelle, écrite sous influence musicale à une époque où je m'inquiétais fortement pour la santé de ma mère, il était question de dragons et, en quelque sorte, de passage vers un autre monde. Et récemment j'ai écrit, sous l'influence d'un morceau de Gaë Bolg and the Church of Fand, une histoire de dragons, où il est question de passage vers autre chose et... il se trouve que je m'inquiétais beaucoup pour quelqu'un de très proche ! Vraiment étrange.



Repost 0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 09:31
Il paraît que certains d'entre vous s'inquiètent de me voir d'humeur si peu bavarde... ou de ne pas me voir du tout. Rassurez-vous, je vais bien. J'ai été absente, je suis revenue, je suis repartie, et entre-deux, le boulot, la lessive et, surtout, le retard de câlins à ma fille, s'étaient accumulés. J'aurais voulu vous parler de mon séjour à Paris et au Havre, des splendeurs et misères de la capitale, de la beauté triste et chaleureuse de la ville portuaire, du bonheur que j'éprouve à retrouver ceux que j'aime, du regret de n'avoir pas pu en voir plus (les journées ne sont pas extensibles, vous le saviez, ça ?). Et surtout, de ces deux semaines durant lesquelles chaque jour m'apporta un gros pépin (doux euphémisme) et une grande joie.

Mais finalement, ça faisait trop. Trop à raconter, trop intime, pour certaines choses, pour les dire en public. Et puis, il vient un moment où l'on préfère vivre plutôt que raconter. Quand j'étais jeune (quand j'étais plus jeune, merde ! je ne me sens pas si vieille, même si les articulations sont coincées ;)) je faisais beaucoup de photos de concert. Je mitraillais en N&B, avec mon vieux Leica. TriX ou HP5, poussées à 400, 800 ou 1600 ASA. Je développais et ne tirais que ce qui était vraiment intéressant. A l'époque, mes yeux étaient moins pourris, je supportais les lentilles et pouvais appliquer mon oeil à l'oculaire sans gêne ; depuis, ça a changé. Bref, les photos, les concerts. Il y a eu un moment où je me suis rendue compte qu'à force de photographier, je n'écoutais plus, je ne vibrais plus, comme si je ne vivais plus. Alors, retrait. On laisse l'appareil à la maison et on va au concert pour de vrai. J'ai un peu ressenti ça, ces dernières semaines.

Alors très vite, après Paris et le Havre, il y a eu ce retour, les retrouvailles avec les trois amours de ma vie, et puis ce week-end très sympa à Scientilivre où j'ai vu Joëlle, Jean-Claude, Christian, Cathy, où ma puce s'est régalée à fabriquer une maison de terre et de paille, à examiner du pollen au microscope. Et puis on est reparti, mon cher et tendre et moi, rien que nous deux... ça faisait longtemps ! Et ça fait du bien. Un peu de basse montagne, sources chaudes et sulfureuses, hammam et massage, un peu de Méditerranée (brr ! froide en octobre !), la visite de gouffre de Cabrespine, très beau mais un peu trop "aménagé" à mon goût, et retour.

Le boulot s'était entassé, bien sûr, l'antho, les soumissions, et surtout... une nouvelle très difficile à sortir pour moi, parce que quasiment autobiographique. Mais ça y est, j'ai accouché aux forceps, mais je l'ai pondue ! Et si j'ai souffert pendant, ça m'a fait un bien fou de la voir, presque finie. Rien à voir avec la grâce, la jouissance, éprouvée pendant l'écriture de la précédente, c'est vraiment étrange.

Les premiers beta-lecteurs m'ont retourné quelques remarques et maintenant, je vois comment la retravailler, la transformer, et me servir, enfin, de mon imagination ! Ca m'était impossible tant que je n'avais pas posé les faits sur la table, sur l'ordi, plutôt. Là, c'est bon, je peux (je suis capable et j'ai l'autorisation de) broder. Accentuer. Exagérer. Ne plus témoigner.

Et je pense déjà à la suivante... que dis-je ? Aux deux, non, aux trois suivantes ! Et une quatrième vient toquer à la porte de mon cerveau... argh ! Du temps ! Il me faut du temps !

Et je veux aussi trouver le temps de finir d'aménager ce blog, d'y mettre les liens des blogs des copains, d'y caser deux ou trois pages et quelques photos. Et d'annoncer quelques parutions qui me tiennent à coeur :-)))
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 17:10
Je pars demain matin pour Paris. Au cours de mon séjour à Paris, je ferai un aller-retour ultra-rapide au Havre... Retour le jeudi 9 au soir.

Samedi et/ou dimanche 11 et 12 octobre, je serai bien évidemment à Scientilivre, pour voir Joëlle Wintrebert, Pierre Bordage, Jean-Claude Dunyach, Christian Grenier et les autres. J'eemènerai sûrement ma puce, après tout, c'est censé être pour les enfants, et il y a plein d'animations prévues, des ateliers, un gyrospace... elle va se régaler !

Je repars le lundi 13 pour rentrer le 15, je pense. Après, on se pose jusqu'au 29 octobre, jour de l'anniversaire de ma fille qui, en guise de cadeau de la part de son grand frère, ira voir Ina Ich en show case à la Fnac ! J'ai bien l'intention de les accompagner ;-) Surtout que... le lendemain, je repars, pour Nantes.

Eh oui, ça sera déjà les Utopiales !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 19:02
Et voilà. J'ai cédé à l'attraction de la nouveauté, j'ai suivi les copains, j'ai surtout voulu un blog plus fonctionnel que celui de MySpace, où je puisse proposer des liens vers les sites et blogs qui comptent pour moi, où je n'aie pas besoin de retenir les codes HTML pour poster quelque chose qui sorte un tout petit peu de l'ordinaire... Bref, me voilà sur over-blog, merci Lionel !

Et le premier choix crucial qui s'est offert à moi, c'est celui du design. Ben oui, finalement MySpace, ça m'a rendue exigeante sur le look, et mes yeux sont toujours aussi fragiles donc il est hors de question que j'offre à mes lecteurs une page écrite en rouge fluo sur fond noir ! Et là, premier problème : le design que je préfère, c'est celui de Mélanie. Je peux pas le reprendre, ça serait copier, c'est pas beau ! J'en ai trouvé un autre, mais patatras ! C'est celui de la médiathèque de Rieumes. Et celui de Lita, et celui de Yael...

Donc finalement, j'ai opté pour un look hivernal, assez sobre, suffisamment lisible pour mes mauvais yeux (je vous ai déjà dit que j'avais les yeux fragiles ?) et j'en changerai probablement de temps à autre.

Et voilà, un premier article pour ne pas dire grand chose !





Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article