Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:06
Plus exactement, je me suis fait tagguée par Don Lo, un nouveau truc qui circule sur les blogs, et est assez amusant. Il faut écrire "ce que l’on ferait si on n’avait plus que 500 Euros en poche et 500 secondes à vivre. " Et ça vient de .

Les règles sont :

1. Avoir un blog.

2. Écrire un article relatant ce que vous feriez s’il vous restait 500 euros et 500 secondes à vivre. Vous avez carte blanche, que ce soit en 3 mots ou en 500 lignes, laissez libre court à votre imagination.


Voilà ce que j'ai répondu :


Je pense que je ferais un gros câlin à ceux qui comptent vraiment, c’est à dire à mes enfants et à leur père. Et puis je mettrais au point avec eux un code pour qu’il sache que c’est moi, pour quand je reviendrai sous forme de fantôme ou dans leurs rêves. J’écouterais un de mes morceaux de musique favoris (faudrait que j’en choisisse un qu’ils aiment aussi, pour pas leur gâcher le “plaisir”).

Ah et puis à la dernière minute je signerais un papier de don d’organes que je veux signer depuis belle lurette mais j’oublie toujours.

Et les 500 euros, ils sauront mieux que moi quoi en faire, je ne vais pas partir avec !

 

Et après, je me suis mise à imaginer ce que je ferais avec 500 minutes à vivre : là, je pense que je me serais lancée dans des tris de papier et rangements divers, pour ne pas laisser la corvée derrière moi. Et avec 500 jours ? Et là, je me suis rendue compte que je vis toujours comme si j'allais mourir dans.. non, même pas 500 jours, mais 50. Je ne supporte pas les conflits, les disputes, parce que je sais que si jamais l'un ou l'autre disparaissait, ça ferait trop mal de rester connement là-dessus...

 

Bon, à moi de tagguer les autres. Alors ô, toi, lecteur qui me lis, sache que c'est trop tard, tu es pris dans mes rêts ! A ton tour !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 20:00
Il faut croire que mes anthologies sont quelque peu appréciées, puisque le jury du prix Bob Morane m'a décerné le "Coup de coeur 2009", pour mon activité d'anthologiste ! A noter que (Pro)Créations avait déjà reçu le prix Bob Morane, l'an dernier, mais dans la catégorie nouvelles.

J'espère que ce même jury ne sera pas déçu en lisant Identités ! A mesure que la date de parution approche, je sens le trac monter en moi, bien plus que pour (Pro)Créations ou pour De Brocéliande en Avalon. Il faut dire que le thème est fort, que les auteurs se sont donnés à fond dedans, ne craignant pas d'être politiquement ou stylistiquement incorrects, sans pour autant tomber dans la provoc gratuite... Oui, bon, je sais, ça n'est pas à moi à chroniquer cette antho, mais c'est vrai que certains se sont mis en danger, et qu'ils m'ont fait confiance.

Et donc j'ai le trac. Bien plus que je ne l'aurai pour un livre que je signerais en solo...

Elle parait le 20 mars, et les 21 et 22, à Rennes, la librairie Critic organise une seance de dédicaces avec Sophie Dabat, Jean Millemann et Lionel Davoust. Qu'on se le dise !

(enfin, comptez sur moi pour vous en reparler ;-))
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 18:37
Un communiqué d'ActuSF

Un petit mot pour vous annoncer une petite soirée autour de l'anthologie Appel d'Air que nous avons sortis en octobre 2007. A l'époque nous nous étions engagés à reverser la moitié des bénéfices au Réseau Education Sans Frontières. Ce sera chose faite le vendredi 6 mars prochain lors d'un apéro-soirée programmé dans le bar le Houla Oups, 4 rue Basfroi, 75011 Paris. Stéphane Beauverger, Charlotte Bousquet, Patrick Eris et Francis Berthelot seront notamment présents. Ce sera l'occasion de discuter science fiction, d'Appel d'Air et de l'action de RESF, tout ça avec un verre à la main. Ce sera aussi l'occasion de discuter des textes que vous avez aimé dans l'anthologie et (un peu) de politique...




Je ne pourrai hélas pas me rendre à cette soirée, et je le regrette profondément. Je vous rappelle que je soutiens RESF et que j'ai collaboré à Appel d'Air.
Repost 0
Published by Lucie Chenu
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 08:42
Les chats... Quoi de plus passionnant, de plus intriguant, de plus attirant...?

Charlotte Bousquet a réalisé une anthologie sur le thème des chats, qui paraitra au mois d'avril chez Rivière Blanche et dont les droits seront intégralement reversés à l'association Sauve, une association qui a pour but de trouver un foyer accueillant aux trop nombreux chats maltraités et abandonnés. Cette anthologie est intitulée : Plumes de Chats.

Un aperçu de la quatrième de couverture ?

Nouvelles de Cyril Carau, Lucie Chenu, Sophie Dabat, Eric Gilard, Philippe Halvick, Thomas Hervet, Sandy Julien, Jess Kaan, Emmanuelle Maia, Menolly, Sylvie Miller & Philippe Ward, et Estelle Valls de Gomis.

Préface de Johan Héliot.

Savez-vous que les chats ont un roi ? Qu’ils viennent, peut-être, d’une galaxie lointaine – très lointaine ? Avez-vous déjà plongé vos yeux dans leurs prunelles opalines et tenté d’en déchiffrer les mystères ?

Douze plumes issues des littératures de l’imaginaire se sont laissées guider par les muses à quatre pattes qui ont inspiré ce recueil. Effrayantes ou tragiques, parfois drôles, toujours émouvantes, telles sont les nouvelles nées des songes roux, tigrés, persans ou immaculés engendrés par ces petits félins.

A votre tour, laissez-vous envoûter ! Suivez les ombres qui, de toit en toit, de foyer en mastaba, peuplent ces nouvelles. Et peut-être découvrirez-vous, au fil des pages, certaines des plus étranges énigmes des chats…

Les droits de Plumes de chats seront intégralement reversés à l’association Sauve (http://www.association-sauve.fr) qui, depuis trente ans, recueille et soigne chats abandonnés, maltraités, torturés ou destinés à l'euthanasie.


La superbe illustration est signée Fabien Fernandez (Fablyrr) :



Plumes de Chats a son blog. Nous (les auteurs) y sommes interviewés chacun notre tour. Pour moi, ça se passe là.
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 19:46
J'avais juste oublié de cliquer sur html

Bon, maintenant, c'est pas beau, certains sont trop gros, lexis arte est trop petit, mais on verra ça plus tard  
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 17:37

Depuis quatre mois, La Dame des MacEnnen récolte des critiques et avis de lecteurs les plus favorables, touchant différemment chacun, en fonction de ses goûts. Jugez plutôt.



Sur ActuSF, Jérôme Vincent écrit « La Dame des MacEnnen est l’exemple parfait d’une fantasy intelligente. Sur une base redoutablement bien documentée (d’ailleurs l’auteur a eu la bonne idée d’ajouter quelques pages à la fin du texte sur la Guerre des Roses afin de bien décrire le contexte historique), il a tissé une histoire mélangeant magie, divinité, rapport entre une ange et les humains, moments héroïques, réflexion sur le destin et influence de chacun sur le cours des choses. », tandis que pour Bruno Para, sur nooSFere,  « La Dame des MacEnnen est donc finalement un bon — et court ! — roman de fantasy historique, dans lequel les chevauchées héroïques savent parfois laisser la place aux sentiments. »


Si Hélène, sur Parchemins & Traverses, se fait plus critique, elle n'en reconnaît pas moins : « chouette idée que de penser au devenir de ces anges qui ne s’étaient pas associés à la révolte des leurs, sans pour autant soutenir le Trône de Dieu. Et l’idée qu’ils pussent être tombés sur terre sans réel espoir de rédemption aussi. (…) le roman se noue entre des fils parallèles, l’histoire de l’ange se juxtaposant à celle de l’Écosse jusqu’à la Guerre des Roses, avec de longues descriptions précises de batailles qui s’y sont déroulées dont Bannockburn n’est pas la moindre. » En effet, comme l'explique Zaahne pour les Chroniques de l'Imaginaire, « la narration à la première personne, par la fée elle-même, et le ton lyrique employé distancient le lecteur de la guerre en elle-même et lui confèrent une aura mythique. Hésitant entre épopée chevaleresque, amour courtois et roman historique, ce livre, très documenté et écrit avec une prose travaillée et précieuse est très loin des clichés de la fantasy ou des histoires mettant en scène anges et fées. Le scénario est bien construit, la chute est imprévue, et le tout constitue un très bon texte, qui ne plaira probablement pas à tout le monde, mais qui a à cœur de respecter l'histoire mais en y donnant l'ampleur des légendes païennes. »


Le Cimmérien, quant à lui, a pleinement aimé et sur Psychovision, il exprime l'émotion ressentie à la lecture : « En à peine plus de cent pages Armand Cabasson arrive à créer une fresque sublime où se mélangent tous les sentiments, des plus tendres au plus violents, et où se croisent magie écossaise et trame historique. Un roman qui ne laisse pas de glace, original et rare. (…) Si vous ne connaissez pas encore celui qui pour moi est l’un des meilleurs auteurs de l’imaginaire francophone, jetez-vous sur cette histoire où le mythe rencontre le destin historique, laissez-vous porter par le chant funéraire de la Dame des MacEnnen, roman ambitieux et réussi, fantasy étrange, croisement des mondes et des univers. »


Pour Urgence Pratique (n°91), qui, au-delà du plaisir de la lecture s'intéresse au message transmis par l'auteur, « Conté dans un style magnifique, savoureux et épique, le livre de notre confrère Armand Cabasson revisite au travers d'un épisode de l'histoire des Highlands le mythe de la chute. Courage physique, fidélité aux idéaux chevaleresques, amours impossibles, méandres politiques qui ont construit l'histoire font un décor aux défis fondamentaux qui ne cessent de questionner l'humain : accès à la connaissance et au libre arbitre, acceptation de la destinée, espaces de liberté sans cesse à reconquérir sur le déterminisme. Un livre de chevet à savourer et à relire, tant pour son contenu historique que pour le plaisir d'un phrasé qui donne la nostalgie des grandes chansons de Geste. » C’est aussi ce que remarque Sire Cédric, sur Elegy n°56. Il écrit : « Superbe couverture de Krystal Camprubi pour ce nouveau roman d’Armand Cabasson. (…) En trame de fond, une réflexion sur la liberté et le libre arbitre, ce cadeau empoisonné que Dieu a offert à ses créatures humaines. »


Enfin, Science et Vie Junior d’octobre 2008 écrivait « ce roman plein de fougue, d'un excellent auteur français, vous plongera en pleine Guerre des Roses, entre fantasy et histoire. Et entre l'angleterre et l'écosse... » et, pour Christian Robin, sur Le Courrier Français, La Dame des MacEnnen est « Un texte intelligent, poétique et pleinement abouti. »


Enfin, sur un blog que nous avons trouvé par hasard et au nom poétique, Lectures au Clair de Lune et à l'Orée du Bois, Scarabae dit « Séduite par la quatrième et la magnifique couverture je n'ai pas hésité. La mariage des genres fantastique et historique est subtilement orchestré. (…) J'ai vraiment apprécié le style précis et les descriptions minutieuses et grandioses des combats, de la profondeurs des paysages ou même des personnages. »


Nous vous rappelons que La Dame des MacEnnen est en lice pour le prix Merlin 2009 et que vous avez jusqu'au 16 mars pour voter.


edit : sur le tout nouveau et tout beau site La Lune Mauve, Lullaby déclare que La Dame des MacEnnen « est un roman qui se lit très vite. Mais si la lecture se fait rapide, ce n’est pas seulement en raison de son court nombre de pages. C’est aussi parce qu’à peine la première page entamée, on refuse de poser le livre avant de l’avoir terminé, on est immédiatement happé au coeur de l’histoire. (...) un livre comme on aimerait en lire plus souvent, solidement ancré dans l’Histoire et traversé par un souffle épique et passionnel rare. On referme le livre encore hébété par tant de fracas et de fureur, tant d’émotion et de passion. »

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 09:28
Suite à la pétition que je relayais, la semaine dernière, la conversation a vite tourné autour de Little Bob. Ca m'a redonné envie de reparler du rock havrais. Je vais commencer par rapatrier une chronique que j'avais écrite au moment de la parution de Little Bob : One Story, en 1999-2000. (enfin, non, que j'avais écrite plus tard, à propos de ces albums parus en 1999-1000). Je me contente de réactualiser l'url du site. Et désolée pour la mise en page de l'article, je n'arrive pas à faire ce que je veux.

Little Bob : One Story



          One Story Vol 1 et 2 est une compilation en deux albums, composée d’inédits ou de versions inédites de morceaux enregistrés par ailleurs et en d’autres temps, de Little Bob et du groupe de ses débuts, Little Bob Story. De nombreux invités, amis de Bob, sont présents, tels Steve Hunter, Southside Johnny, Sean Tyla, pour n’en citer que quelques-uns uns.


          Quand Roberto Piazza, au Havre, fonde Little Bob Story dans les années 70, il n’est pas question pour lui de chanter autrement qu’en anglais. Après tout, sa langue maternelle est l’italien, et pour lui et à cette époque, ce serait céder aux pressions des maisons de disques que de chanter en français. Pour le chanteur qu’est Bob, le rock swingue en anglais et entendre parler anglais, c'est entendre du rock’n roll. Il faut dire que du Havre, on est vite à Southampton, et que pendant plusieurs années, LBS (Little Bob Story) sera considéré comme un des plus grands groupes de new wave de Londres ! Mais cela lui aliènera, dans les années 80, une partie du jeune public français qui veut du rock en français, comme le chantent Téléphone, Bijou et Starshooter.


          Dans One Story Vol 1 et 2, on peut entendre des morceaux s’étalant sur plus de vingt ans, de 1975 à 1999 pour le Volume 2, de 1976 à 1995 pour le Volume 1. Cela va du franchement inaudible (sorry, Bob) au blues le plus poignant (« Nobody’s born to lose », « Lying in a bed of roses » ou « I’m a king bee » une reprise de J. Moore), en passant par le bon vieux rock binaire de « High Time » ou « Riot in Toulouse », dans des versions live inédites du Festival Punk de Mont de Marsan en 1977, ou par le rythm’n blues d’un Bob en apparence assagi, dans « Witch queen of New-Orleans » ou « I’m your witch doctor » – un Bob dont la voix a acquis une dimension nouvelle – et aussi par quelques incursions dans le funk-dance, mais l’essentiel de la musique de Little Bob, avec ou sans La Story, c’est le bon vieux rock n’roll, bien speedé, comme la reprise de « Something else » de Cochran, « How can we stand the look » ou « Shooga-Shooga », ou même le punk-rock de « I fought the law » de S. Curtis.


          Tout l’intérêt, très particulier, de ces deux albums, réside dans l’évolution de Little Bob. J’ai parlé de sa voix qui s’est embellie au fil des années (il faut entendre le duo voix-batterie de « Turn the page ») alors que de grands chanteurs de rock ont eux, cassé ou perdu leur voix, ajoutez-y le fait que de nombreux musiciens se sont succédés à ses côtés, chacun amenant ses propres influences musicales, et vous aurez une idée du changement de son d’une année à l’autre. Comme Bob est un mélomane passionné qui s’intéresse à toutes les formes du rock, et comme le rock a énormément changé entre les années 70 et la fin du siècle, il est évident que la musique de Bob a évolué et le compte à rebours qu’il nous offre (les premiers morceaux proposés sur chaque CD sont les plus récents) est un voyage dans le temps des plus émouvants.


          Little Bob a toujours été réfractaire au système-business, aussi ses disques ne sont-ils pas toujours faciles à trouver (en dehors du Havre). Je vous donne donc l’URL de son site officiel, où il est possible d’entendre quelques morceaux et de commander ces CD :  http://www.littlebob.fr/




Il y a aussi la page MySpace de Bob où on peut écouter plusieurs morceaux dont... « Riot in Toulouse » ;-) Mais c'est aussi le cas du site officiel, bien sûr, où on peut écouter des morceaux et télécharger les paroles de certaines titres à partir de cette page.



Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 23:46

Beaucoup de choses, beaucoup d’annonces à faire, qui me concernent…  Je viens de finir les ultimes corrections sur les épreuves d’Identités et je me sens un peu étourdie, un peu épuisée… Pas le temps d’avoir le baby-blues, toutefois, parce que d’autres anthos, d’autres écrits, m’appellent.


Alors, Identités, donc. Antho-fleuve, parce que copieuse, antho dérangeante, par les thèmes abordés, mais aussi par la forme. Certains textes sont politiquement incorrects, d’autres sont « stylistiquement incorrects », plus exactement écrits de façon provocante.


Et sa couverture, signée Sébastien Bermès, est splendide:



Son sommaire ? Son sommaire me fait baver d’envie à chaque fois que je le lis, ce qui est quand-même un comble ;-) Le voici :


Lucie Chenu. Carte d’Identités (Préface)

1. Identités meurtri(èr)es
Jean-Pierre Andrevon. Étrangers !
Jess Kaan. La Fourmilière, mon pied et le Tupic
René Beaulieu. Oncle Franz
Pierre-Alexandre Sicart. Temps métisse
Jérôme Noirez. L’Exécrable
Jean-Michel Calvez. La Bonne Aventure
Jean Millemann. Fils du vent, voleur de poules
Claude Mamier. La dernière charge des Fées noires
Claude Ecken. Dernier vol pour Zoutoul

2. Identités miroirs, identité mémoire

Alain le Bussy. La Sloche
Michèle Sébal. Constance Lolita
Antoine Lencou. Droit du sang
Sylvie Miller & Philippe Ward. La Belle au poids mordant
Li-Cam. La frontière de Tamika
Pierre Gévart. Résurrection
Orson Scott Card. Le Réceptacle
Lionel Davoust. Bataille pour un souvenir

3. Miroirs brisés, puzzles éclatés
Constance Bloch. APE
Carl Louvier. L’arrogance des fourmis
Denis Labbé. Plastic Doll
Sophie Dabat. Démence, jouissance, délivrance
Ludovic Lavaissière. Kainsmal
Estelle Valls de Gomis. Tout le monde aime Benedict Valdèz
fredgev. Lagavulin
Léo Lamarche. Je ne t’oublierai jamais
Tepthida Hay. Craignez les foudres du fantôme grincheux


Et vous pouvez télécharger la préface et pré-commander le livre (il y a un bouton « ajouter au panier » et on paye par PayPal, et plus bas, un lien « télécharger le bon de commande » pour ceux qui, comme moi, sont allergiques à PayPal.


Et maintenant, je fais quoi ? Oh, je ne chôme pas ! Je finis deux autres anthologies qui devraient, elles aussi, paraître cette année. L’une a pour thème les contes de fées et s’intituleras Contes de Villes et de Fusées, l’autre est une antho-jeunesse qui a pour thème l’Initiation (l’adolescence), et s’intitulera Passages. Et vous savez quoi ? Dans Passages sont des textes qui auraient eu leur place dans Identités, laquelle comprend des nouvelles qui pourraient être publiées dans Contes de Villes et de Fusées, où, bien sûr, se trouvent nombre d’histoire sur le thème de l’Initiation… Il y a eu des moments où je travaillais sur une nouvelle et, tout d’un coup, je me posais la question : mais pour quelle nouvelle A., L., ou P. et S. m’ont-ils soumis ce texte ? Je devenais un peu schyzo ! Bref, je vous en dirai bientôt un peu plus sur ces deux anthologies, les éditeurs, les sommaires…


Avec ces trois anthologies, pour moi, ça sera aussi un passage, une porte ou une page qui se tourne… J’ai d’autres projets du même ordre, plus exactement d’autres désirs, mais je ne veux rien lancer réellement tant que ces trois-là ne sont pas concrétisées. D’autres projets collectifs auxquels j’ai participé sont aussi en cours de finalisation.


Ainsi, le Puat, « Pour Un Autre Temps », va-t-il être publié, en mai 2009, sous le titre Autre Temps, aux éditions Répliques qui éditent déjà Galaxies nouvelle série. On peut d’ailleurs le pré-commander au tarif préférentiel de 10 € (il sera en vente à 12 € ensuite) jusqu’au 30 avril. Ce recueil est totalement collectif, il comporte douze nouvelles toutes écrites par quatorze auteurs. Nous avons tous mis la main à la pâte, plus ou moins, sur chacun de ces textes. Nous, c’est : Gaël Briand, Vincent Corlaix, Gilbert Dumoulin, Sylvie Eschenbrenner, Cyril Gazengel, Olivier Gechter, Pierre Gévart, Hervé de la Giraudière, Jean-Pierre Guillet (le français, puisqu’il en existe deux !), Delphine Imbert, Fabrice Lhomme, Lydie Métayer, Jean-Luc Théodora, et moi-même.



 

Et puis cet autre projet fou-fou-fou, celui d’écrire à quatorze auteurs sur les quatorze plage musicales qui composent ce délirant Flamma Flamma, le requiem du feu du compositeur Nicholas Lens. Nous avons réussi à mener à bien ce recueil, cette anthologie sans directeur, comme en autogestion… Nous avons soumis cet OVNI littéraire à plusieurs éditeurs, et ce sont finalement les éditions Argemmios qui ont relevé le défi. Le recueil s’intitulera Flammagories. Contrairement à Autre Temps, il ne s’agit pas d’écriture collective, chaque auteur signe seul son propre texte, écrit sous influence en écoutant « son » morceau de Flamma. Nous devions aussi respecter deux contraintes, garder le titre, tout d’abord (les titres sont tous en latin, comme le livret de l’œuvre de Lens), et puis glisser dans notre texte une phrase du livret, préalablement traduite. Mon morceau, et donc ma nouvelle, s’intitulent « Deliciae meae ».


Nous nous sommes relus les uns les autres, avant que Nathalie Dau n’enfile sa casquette d’éditrice pour la direction littéraire, sa propre nouvelle ayant bénéficié d’un œil extérieur lors de sa précédente parution dans les Contes Myalgiques (son recueil paru chez Griffe d’encre, prix Imaginales 2008). Et voici donc la liste des auteurs, par ordre d’apparition sur le CD : Jean-Michel Calvez, Jess Kaan, Xavier Dollo, Lionel Davoust, Julien Fouret, Nathalie Dau, Olivier Gechter, Vincent Corlaix, Lucie Chenu, Nicolas Bally, Delphine Imbert, Lydie Métayer, Jean Millemann et Khan-Van. Flammagories sera préfacé par Bruno Peeters, dont l’amour pour la SF et la musique est bien connu. Si tout va bien, Flammagories paraîtra aussi au mois de mai.


Et puis d’autres anthologies, que je n’ai pas dirigées, ni en solo, ni collectivement, mais dans lesquelles j’ai des nouvelles, vont paraître, toujours au printemps (décidément !).


Tout d’abord Plumes de chats qui sort en avril chez Rivière Blanche, pour laquelle j’ai écrit « La Sorcière de la Montagne Noire », et l’anthologie sobrement intitulée L, qui sort dans la collection Pueblos de CDS éditions, pour laquelle j’ai écrit « Lune de mon cœur ». Ces deux anthologies sont dirigées par Charlotte Bousquet et s’inscrivent dans une série de recueils que Charlotte consacre à des thèmes porteurs, et dont les droits d’auteurs sont reversés à des associations. Ainsi, Plumes de chats parle de chats et les droits d’auteurs sont reversés à l’association Sauve, L parle de femmes opprimées et les droits seront reversés soit à Les Pénélopes, soit à Nuestras Hijas de Regres a Casa, ou plus probablement à Coeur de femmes. La première des anthos de Charlotte sur ce principe était Le Crépuscule des Loups, au Calepin Jaune. Ne cherchez pas : elle est épuisée ! C’est dommage, elle est super, et tous les droits d’auteur étaient reversés au parc du Gévaudan.


Enfin, Markus Leicht projette de publier, dans sa petite maison d’éditions nouvellement créée, Le Songe des Murènes, Les Soleils d’Infernalia, anthologie dans laquelle je devrais avoir deux textes, « La Cime et le Gouffre » (déjà publiée sur Onire.com dans l’anthologie de Julien Fouret sur la Montagne, sous le titre « En vacances dans les Pyrénées ») et « Le Heurt du Réverbère » (qui avait paru dans un numéro de l’Oulifan)


D’autres projets sont abandonnés, ou en sommeil, je n’en parlerai donc pas. Dans la longue liste de ce que j’ai à faire, se trouvent toujours les corrections pour Univers & Chimères, quelques articles pour le Dico de l’Atalante, des manuscrits en lecture pour Glyphe (dont certains, acceptés, dont j’ai bien hâte de vous parler aussi), des nouvelles en cours, dont l’une qui a été douloureusement interrompue par cette panne de courant de trois jours et les ennuis à la pelle consécutifs à la tempête… J’ai bien du mal à la reprendre, celle-là !


Et puis… Et puis, il se murmure que, peut-être, un recueil de mes nouvelles verra le jour en 2009. Fin 2009. J’ai donc le temps de vous en reparler. On y trouvera des textes déjà publiés et des inédits, des choses assez variées, je crois.

Je ne vais pas avoir le temps de m’ennuyer, quoi !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 14:52
Le Havre, la ville mythique du rock'n roll, de Little Bob Story à City Kids à Marc Minelli à Jérôme Soligny... C'était il y a quelques années. Depuis, j'ai quitté la ville et vécu autre chose, ailleurs. Mais le Havre et le rock sont restés, pour moi, indissolublement liés.

Voilà ce qu'on peut maintenant lire sur le site du Cabaret electric.

Le CABARET ELECTRIC fermera définitivement ses portes entre juin et décembre 2010. Si la Ville du Havre ne remet pas en cause l'existence d'un équipement dédié aux musiques actuelles, elle ne peut, actuellement, préciser le fond et la forme qu'aurait ce nouveau projet.

Notre secteur doit donc se mobiliser afin que les décisions politiques qui vont être prises dans les semaines à venir prennent en considération les besoins des musiciens et du public à leur juste valeur.

Ainsi, nous lançons un appel à signature afin de défendre auprès de la Ville et de toutes les institutions partenaires les points suivants :
- qu'une continuité du service public soit assurée : qu'un "hors les murs" de qualité soit organisé pour que les groupes puissent répéter et que le public assiste à des concerts.
- qu'un projet d'équipement ambitieux dédié aux musiques actuelles voit le jour rapidement
- que cet équipement soit conçu en concertation avec le secteur afin qu'il réponde aux besoins réels de la population en terme de répétition, de diffusion et d'action culturelle Musiques Actuelles (jauge(s) adaptée(s), nombre et surface des locaux de répétition adéquats, moyens de fonctionnement...)



La pétition se signe ici.

Et pour comprendre un peu mieux ce qu'est le Cabaret électric, allez lire cet article sur lemague.
Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 14:18
Le 24 janvier, soit six jours avant la parution de Miel des lunes, Radio RVE recevait Michèle Sébal pour un entretien qu'on peut maintenant écouter en cliquant ici.

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article