Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 13:52

Eh oui, c'est la rentrée. Scolaire, littéraire, universitaire (ah non, pas déjà, ou alors si pour les examens de rattrapage) et bien entendu blogesque ! C'est que je vous ai laissés de longs mois sans nouvelles. Il faut dire que j'en corrigeais beaucoup, des nouvelles (ah non, c'est pas les mêmes, les premières, c'est des news, et les autres... des histoires !)

 

Or donc, j'ai passé l'été à corriger de nombreux textes, de moi, et d'autres auteurs, et tout cela va paraître ces prochains mois.Je vous en parlerai donc au fur et à mesure -- et ça va être compliqué pour éviter qu'une annonce n'en concurrence une autre !

 

Et ce que je suis particulièrement fière de vous présenter aujourd'hui, c'est ma nouvelle anthologie : Contes de Villes et de Fusées.

 

Voici un aperçu de l'aplat de couverture :

 

http://storage.canalblog.com/31/63/757591/56314484_p.png

 

 

La couverture est signée Eric Scala. Elle me plait beaucoup, je la trouve très originale avec ses taches rouges sang sur son fond blanc... Et j'aime aussi le surnom trouvé par Xavier : « Contes défaits, Contes refaits »

 

Quel est son thème ? Les contes de fées, vous l'aurez compris. Mais plus précisément, j'ai demandé aux auteurs de s'emparer d'un (ou plusieurs) conte(s) et de le(s) transposer à notre époque, ou dans l'avenir, ou dans une uchronie moderne... Pas tout à fait comme De Brocéliande en Avalon, puisque celle-là transposait les personnages, pas les histoires, et leur faisait revivre de nouvelles aventures. Là, l'histoire est réécrite, de façon totalement nouvelle.

 

Une nouvelle fait exception et a été écrite à ma demande, celle de Julien Fouret, « Une leçon de contes de fées » pour introduire le recueil. Toutes les autres sont donc des « reprises » de contes. Et comme certains auteurs ont particulièrement tordu (ou redressé ? Allez savoir !) les histoires que l'on connaît, je leur ai demandé à chacun d'écrire une brève postface expliquant de quel texte ils s'étaient inspirés.

 

Au sommaire :

Julien FOURET : « Une leçon de contes de fées » 

Jean MILLEMANN : « La Fée des glaces »

Delphine IMBERT : « Une histoire de désir »

Pierre-Alexandre SICART : « La Griffe et l’Épine »

Antoine LENCOU : « ReCréation »

Pierre GÉVART : « Grain de sel et Bretelle »

Nicolas BALLY : « La Petite Capuche rouge »

Charlotte BOUSQUET : « Corner Girl »

Sylvie MILLER et Philippe WARD : « Le Pacha botté »

Jean-Michel CALVEZ : « Un temps de cochon ! »

Lionel DAVOUST : « Le Sang du large »

Sophie DABAT : « La Mort marraine »

Jess KAAN : « Pour Judith »

Mélanie FAZI : « Swan le bien nommé »

Estelle VALLS DE GOMIS : « Poches et Troncs »

Léonor LARA : « Sacrifices »

 

Et vraiment, vraiment, j'aime ces nouvelles (normal, sinon, je ne les aurais pas choisies).

 

Et j'ai vraiment déjà hâte d'avoir des avis !

 

J'ai, quant à moi, bien évidemment signé la préface : « Il était une nouvelle fois ». On peut d'ailleurs la télécharger sur le blog des éditions Ad Astra, en PDF ou en EPUB. Elle est suivie d'un court extrait (le début) de la nouvelle de Julien.

 

Cette antho m'a été "commandée" il y a trois ans par Xavier Dollo qui envisageait de fonder une maison d'éditions. La partie administrative a été beaucoup plus longue à gérer que prévu -- de nouvelles réglementations en ce qui concerne la fondation d'entreprises, un tribunal de commerce débordé, un numéro d'ISBN qui n'arrivait pas... Mais enfin, depuis quelques mois, ça y est, Ad Astra a vu le jour sous l'égide des frères Dollo, Xavier et Mikaël et a déjà publié un premier roman, Les Pilleurs d'Âmes, de Laurent Whale, dont je vous ai parlé à l'époque.

 

Et le 11 septembre, Contes de Villes et de Fusées paraît enfin ! Ce qui signifie que vous pourrez la commander en ligne ou par correspondance à partir de cette date, ou encore, si vous habitez ou séjournez à Paris, l'acheter en direct à la Rentrée littéraire des petits éditeurs de l'Imaginaire, journée organisée comme tous les ans aux Buttes Chaumont (mais qui change de bar, cette fois-ci). Je ne serai pas présente, mais Ad Astra sera représenté par Xavier Dollo et plusieurs auteurs de l'anthologie seront là, Nico Bally, Charlotte Bousquet et Jean-Michel Calvez.

 

http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L250xH167/buttes2-823a0.gif

 

voilà l'adresse : Le Pavillon du Lac -

http://www.lepavillondulac.fr
Parc des Buttes-Chaumont

(entrée place Armand Carrel)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs415.snc4/47772_1447185334283_1072667792_31006714_3401081_n.jpg

 

 

 

 

Bien entendu, plusieurs autres éditeurs seront de la partie, et de nombreux auteurs.Vous en trouverez la liste sur le communiqué de presse que je viens de publier (mais sans images, hélas)

 

Quant à ceux qui ne peuvent pas venir à Paris, ils auront la possibilité de trouver l'anthologie, et même, s'ils nous le demandent avec un gentil sourire, d'obtenir une dédicace de moi et d'Antoine Lencou, au salon Miroirs du Futur qui se tiendra à Civray (86, près de Poitiers ou Angoulême) les 18 et 19 septembre !

 

Je devrais en outre participer à deux cafés littéraires-ou-tables rondes, sur les mythes, contes et légendes d'une part, sur l'érotisme en SF de l'autre. Mais j'aurai l'occasion de vous reparler de tout ça !

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Parutions
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 08:16

Ça a commencé avant l'été et puis ça s'est accéléré avec les beaux jours. Ça a commencé tout doucement, des contacts pas vraiment perdus, juste un peu distendus, qui se sont renoués plus fermement. Et puis les réseaux sociaux s'en sont mêlés. Copains d'avant, grâce à qui j'ai retrouvé deux camarades de collège -- ou plutôt, ce sont elles qui m'ont retrouvée. Viadeo, qui a présumé qu'Unetelle et moi pourrions nous connaître -- et, oh ! que c'était bien présumé ! Et facebook, que j'accuse bien souvent de me faire perdre tout mon temps, mais grâce à qui j'ai retrouvé des ami(e) cher(e)s et des membres de ma famille... Et celle qui a traversé la France pour venir me voir...

 

Alors... alors j'ai plein de choses à écrire en cette rentrée chargée à tous points de vue, plein de billets d'humeurs et de coups de coeur à vous faire partager, plein de parutions et de salons à vous annoncer, mais avant tout, j'avais envie d'écrire à mes ami(e)s.

 

Parce qu'elles le valent bien.

 

(Ah non, je ne peux pas écrire ça, d'ailleurs, l'expression n'est même plus employée dans les pubs, c'est à peine si l'on entend ou voit le mot "Loréal", tellement les affaires Bettencourt ont fait de bruit, je trouve ça très drôle)

 

Parce qu'ils/elles sont dans mon coeur.

 

Oui, que je vienne juste de les retrouver ou que je ne les aie jamais perdu(e)s de vue, c'est là qu'ils/elles sont. Même si je ne réponds pas toujours vite aux mails ;-)

 

Et que le Havre me manque !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans bla-bla-bla
commenter cet article
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 08:26

Il y a quelque temps, je vous avais parlé de cette affaire incroyable, et incroyablement choquante : les éditions Classiques Garnier retiraient de leur catalogue (et sans en avoir préalablement discuté avec l'auteure) un essai intitulé Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès. et signé Anne Larue

 

Eh bien aujourd'hui, j'ai la grande joie de vous annoncer qu'Anne Larue a gagné son bras de fer contre l'éditeur qui a remis l'ouvrage au catalogue. On peut donc maintenant se le procurer en librairie, et même sur Amazon (curieusement, toutefois, pas vendu direcvtement par Amazon, mais par divers vendeurs dont l'un... s'appelle Editions Classiques Garnier ! Manquent pas d'air, tout de même !!

 

Je ne sais donc pas s'il est bien distribué, j'ai l'impression qu'il va être très peu diffusé, alors n'hésitez pâs à relayer l'info :

 

Auteur Larue (Anne)
Titre Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès
Collection Perspectives comparatistes
N° dans la collection 4
ISBN 978-2-8124-0122-0
EAN 9782812401220
Lieu d'édition Paris
Date de parution 05/05/2010
Format 16 x 24 x 1,3 cm
Nombre de pages 238 pages
Broché / Relié Broché
Nombre de volumes 1 volume(s)
Poids 400 g

 

On peut le commander directement chez l'éditeur, mais attention, sans remise de 5% et avec des frais de port en plus. On peut aussi le faire commander chez un libraire, il faut faire travailler les libraires (les vrais) et ça fera connaître le livre !

 

Enfin, moi je suis une privilégiée, j'ai déjà mon exemplaire ;-)

 

Et maintenant, on va enfin pouvoir parler du fond, dire "là, je te suis" ou bien "là, je ne suis pas d'accord". J'ai commencé et c'est passionnant !

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 18:05

Dans deux semaines, le 17 juillet, Les Pilleurs d'Âmes, de Laurent Whale, paraît chez Ad Astra, dans la collection Ad-Ventures.

 

 

http://www.adastraeditions.com/images/pilleur2.png

 

sa quatrième de couverture indique :

 

Suivez les pas de Yoran le Goff dans ce trépidant roman d'aventures où espionnage intergalactique se mêle à la flibuste du XVII° siècle et à ses marins gouailleurs !

 

Et pour toute commande avant parution, deux cartes postales collector, signées par l'illustrateur, Eric Scala, seront offertes ! L'une représentant la couverture des Pilleurs d'Âmes, et l'autre...

 

http://www.adastraeditions.com/images/couverture-contes-de-villes-et-de-fuseesSITE.jpg

celle de Contes de Villes et de Fusées, mon anthologie à paraître très bientôt chez le même éditeur ! (et illustrée par le même Eric Scala ;-))

 

 Bravo Laurent, et longue vie à Ad Astra ;-)))

 

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 19:10

Je suis une légende du rugby, vous ne le saviez pas ? Vous me connaissez, pourtant, mes muscles, ma souplesses, ma rapidité à la course... (heu... quelles sont les qualités nécessaires pour jouer au rugby ?)

 

Nan, je plaisante, je ne joue pas au rugby. Mais samedi prochain, je dédicacerai Les Enfants de Svetambre à Colomiers. Et comme j'ai tardé à répondre, ou que je n'étais pas claire, je n'étais pas annoncée -- à vrai dire, je viens seulement d'émerger d'une pile de boulot, je ne me rendais pas compte que le temps passait si vite ! -- et les annonces que j'ai vues sur facebook, avec le système de message replié, donnaient quelque chose comme ça :

 

Samedi 3 Juillet à 18H00 à Colomiers, rencontre littéraire au Sadourny Café, place Alex Raymond en présence des auteurs :

Philippe Ward (Mascarades, 16 Rue du Repos, Meurtre à Aimé Giral)

Sire Cédric (L'enfant des Cimetières, De Fièvre et de Sang)

David S. Khara (Les Vestiges de l'Aube)

En bonus, deux légendes du rugby :

 

J'en ai donc conclus que la légende du rugby, c'était moi ;-)

 

Allez, je vous donne l'annonce intégrale, avec le lieu et l'heure, et tout ça. Moi, j'y serai de 18 à 20 heures environ, et j'espère vous y voir nombreux !

 

Samedi 3 Juillet à 18H00 à Colomiers,

rencontre littéraire au Sadourny Café,

place Alex Raymond

en présence des auteurs :

Philippe Ward (Mascarades, 16 Rue du Repos, Meurtre à Aimé Giral)

Sire Cédric (L'enfant des Cimetières, De Fièvre et de Sang)
 
David S. Khara (Les Vestiges de l'Aube)

En bonus, deux légendes du rugby : Jean-Luc Sadourn...y et Rémi Trémoulet

Au programme : dédicaces, apéritif

et Lucie Chenu pour Les Enfants de Svetambre



 


Repost 0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 08:47

Wow ! Les Étonnants Voyageurs sont passés depuis un mois, et je n'ai toujours pas raconté ma journée du dimanche. Non qu'il se soit passé des événements d'une portée nationale, comme la remise du GPI la veille, non que j'y ai fait des photos (en fait, j'avais mon appareil, mais je n'ai pas trouvé le temps de le sortir), mais j'ai passé de vraiments bons moments, vu des gens que j'ai eu grand plaisir à retrouver, et ça, ça n'a pas de prix.

 

Ma puce et son père partirent tôt le matin pour un galop sur la plage -- je vous ai dit que le copain qui tient le centre équestre près de Saint Malo avait des kangourous ? Mais bon, le galop s'est fait classiquement, à cheval. J'ai donc rejoint le lieu du festival en compagnie de Philippe Ward, qui s'obstinait à ne porter que sa casquette d'éditeur (à la rigueur celle de supporter de rugby, mais pas celle d'auteur, et pourtant...) et de Sylvie Miller, sa co-auteur (ah, tiens ! Je vous le disais !), anthologiste, fraichement récompensée par le GPI de la traduction (tandis que Philippe avait représenté Black Coat Press pour le prix spécial), ainsi que de Sire Cédric et d'Aurélie, son attachée de presse, qui avait fort à faire avec un chauffeur de taxi mécontent que ses clients refusent de partir sur l'heure alors qu'ils avaient commandé une voiture pour un quart d'heure plus tard. Du coup, Philippe a fait le taxi pour tout le monde, et gratuit et avec le sourire, SVP, tandis que Cédric nous racontait la soirée officielle de la veille, soirée que nous avions tous séchée, moi parce que j'étais pas invitée, de toute façon, et Philippe et Sylvie parce qu'ils étaient morts de fatigue l'un et l'autre.

 

Arrivée sur le stand de la librairie Critic, j'ai vu avec plaisir qu'on avait déplacé ma pile de bouquins vers le coin juste devant le ventilateur. Par contre, c'est ballot, on avait aussi déplacé le ventilateur, ce qui fait que j'ai crevé de chaleur -- et de fait, il a fait très chaud, ce jour-là, je m'en souviens avec nostalgie, moi qui, en cette veille d'été, tape ce billet emmitouflée dans un polair !

 

Dimanche a été le jour des rencontres, surprises ou du moins inattendues pour certaines, prévues pour d'autres, agréables pour toutes.

 

Les visiteurs étaient peu nombreux -- il faisait tellement beau que la plupart des Malouins devaient être à la plage, d'ailleurs, j'ai vu de nombreux coups de soleil -- et peu enclins à s'arrêter devant les stands en plein soleil. Le salon est recouvert, il a lieu dans une sorte de tente, mais la toile tamise peu la lumière et moins encore la chaleur. En certains endroits, on crevait de chaud, j'ai pu m'en rendre compte en allant papoter avec Sire Cédric ; dans le couloir devant son stand, il devait faire 45°C, c'était intenable !

 

Si on rajoute à cela le fait que l'entrée au salon coûte 10 €, ça fait que les quelques personnes qui s'arraitaient devant nous hésitaient longuement avant de dépenser leurs sous. Et ça donnait parfois des réactions un peu surprenantes, comme celle de ce monsieur qui s'est précipité vers mon recueil, l'air gourmand (faut dire que la couve de Caza, elle en jette !) et a levé les yeux vers moi pour me dire "ah, mais non, j'aime pas les nouvelles". Il y a eu aussi cette dame qui tournait atour de Plumes de Chats (autre couve qui en jette, celle de Fabien Fernandez) pour l'offrir à sa fille qui adore les chats, et a fichu le camp en comprenant qu'un ou deux de ces nouvelles étaient de la science-fiction... Là, tout d'un coup, j'ai vraiment compris l'intérêt des salons spécialisés et d'autant plus regretté de ne pas aller aux Imaginales le week-end suivant.

 

Et puis il y a eu des surprises inverses, si je puis dire. Comme ce papa d'une amie d'enfance d'adolescence, qui a absolument tenu à acheter Chasseurs de Fantasmes, mais pas du tout Les Enfants de Svetambre... Flammagories, aussi, l'a tenté. Sex & drugs & rock n'roll ? Non, de la part de son gendre, j'aurais pu le croire, mais Flamma Flamma n'est pas du rock ! La preuve : mon chéri déteste ;-)

 

Tout en avalant notre sandwiche dominical, Xavier Dollo et moi avons pu parler de l'avancement de Contes de Villes et de Fusées et il m'a dit tout le bien qu'il en pensait, ce qui est toujours agréable à entendre (Eh oui, je viens de découvrir, par hasard, ce lien vers les éditions Ad Astra et leur boutique. J'en suis ravie, d'autant que l'antho devait paraître en juin, mais pour tout vous dire, j'attends toujours les épreuves à corriger... du coup, la parution est retardée à juillet, mais même pour juillet, je voudrais bien relire les épreuves !)

 

Enfin, au chapitre des retrouvailles, il y a eu Antoine, avec qui j'étais ravie de prendre enfin le temps de parler, Lelf et Monsieur Lelf, que j'ai trop peu vus, par contre (qui sont arrivés à un moment où le coup de barre se faisait sérieusement sentir), Charlotte Volper avec qui j'ai réussi l'exploit de papoter cinq minutes, et à celui des "premières rencontres", Éric Simard, que j'espère revoir à Toulouse Labège en octobre, pour les dix ans de Scientilivre, Patrice Lajoye, bien sûr, venu dédicacer Dimension URSS et Dimension Russie. Il avait amené du cidre de sa Normandie, cidre dont j'ai été aspergée lorsque Philippe a ouvert la bouteille -- c'était une conspiration Rivière Blanche, j'en suis sûre ;-) -- et Yan Marchand, que j'ai trop peu vu, puisqu'il était avec Justine et Victor à l'autre bout du stand.

 

J'ai croisé quelques rescapés de la veille, qui avaient bien arrosé le GPI, et d'autres science-fictionneux égarés au pays de la blanche (je parle de littérature, qu'allez-vous imaginez là !)

 

Et puis, toujours trop brièvement, Pierre Bordage, Éric Wietzel, Justine Niogret...

 

Pendant ce temps, Étienne s'assurait que nous avions suffisamment de café, encaissait les livres que mes petits camarades dédicaçaient à tour de bras, surtout Victor Dixen que les lecteurs laissaient rarement au chômage technique.

 

La journée a filé vite. Le soir, nous avons cherché un restau avec suffisamment de place pour une quinzaine de personnes. Nous avons dû nous répartir sur deux tables -- alors qu'on nous avait affirmé que oui, pas de problème, il y avait une table pour quinze -- mais ce n'était qu'une des surprises désagréables parmi d'autres : les moules pleines de sable, c'était pas triste non plus !

 

Et là, David S. Khara a bluffé tout le monde en sortant de gros cigares, ce qui a permis à Patrice d'affirmer que la SF, ça enrichit les éditeurs et les auteurs.Mais je vous rassure, dès que j'ai commencé à froncer les narines, ils ont éteint leurs barreaux de chaise.

 

De l'autre côté de la table, Aude et Mr X (je n'ai pas retenu son nom) débattaient du bonheur de vivre, et à l'autre table, Lionel et Sylvie étaient grande conversation avec Lelf et Monsieur Lelf (ben oui, lui non plus je n'ai pas retenu son nom) et Solenn et... il m 'en manque, je pense.

 

Enfin, pour clore ces Étonnants Voyageurs, je vous conseille d'aller faire un tour sur l'album de Sandra. Elle vous dévoile ce qu'il se passe réellement dans les coulisses dans la tête des auteurs en dédicace !

 

A vrai dire, je ne suis pas sûre que les liens vers les photos de Patrice et Sandra soient accessibles sans compte facebook, j'espère que oui. Dites-mo. Et sinon, vous en trouverez d'autres sur les compte-rendu de LelfLionel, et de Xavier, ainsi que sur le forum d'ActuSF.

 

edit : les couvs de Zariel et d'Alain Valet en jettent aussi !

re-edit : mon grand regret est de ne pas avoir plus profité de la mer

re-re-edit : le lundi, je repris la route pour rentrer, parce que bon, faire sécher l'école à la puce le vendredi, ça allait bien comme ça, le mardi en plus, ça aurait fait beaucoup. Mais je l'ai fort regretté aussi ;-)

re-re-re-edit : je suis repartie avec plein de bouquins à lire, et j'en ai reçu d'autres, je vous raconte pas la pile à lire !

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 13:33

Suite à la journée mondiale contre l'homophobie, TF1 a proposé à la direction du Refuge de diffuser gracieusement un spot publicitaire de 30 secondes. Une équipe bénévole s'est donc mise au travail, et voici le spot pour la coampagne de dons au profit du Refuge, qui sera diffusé à partir du 30 juin.

 

 


Le Refuge
2, rue Germain
34000 montpellier


Merci à Magloire, Richard Joffo (Réalisateur), David Aquila et Ganaël Joffo (prêteurs d'image ou comédiens pour l'occasion), Anna Joffo (Auteur) et toute l'équipe de tournage.
Plus qu'une simple pub, ce spot est l'occasion de faire connaître cette association qui vient en aide aux jeunes victimes de l'homophobie.
Et tant que j'y suis, voici un article et une vidéo où Salim Kechiouche, Chantal Lauby et Gaël Morel expliquent leur soutin au Refuge.
Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 14:35

En 2002, Nicolas Cluzeau publie, chez Nestiveqnen, une anthologie intitulée Science et Sortilèges. Parmi les nouvelles, il en est une qui m'avait fait hurler de rire, « L'Affaire des elfes vérolés », de Jess Kaan.Cette histoire rocambolesque de détective privé sous-marin -- le héros est un triton -- qui se dope aux moules hallucinogènes est absolument délirante et purement jouissive. Les lecteursne s'y sont pas trompés, puisqu'ils ont décernés à ce texte, en 2002, le Prix Merlin de la nouvelle.

 

En 2003,« L'Affaire des sylvestres illuminés », un autre volet des aventures du triton Eidoninus paraît aux éditions de l'Oxymores, dans une anthologie de Natacha Giordano intitulée Chimères. Il s'agit d'une préquelle à « L'Affaire des elfes vérolés ». Eidonius est obligé d'enquêter sur la terre ferme pour fuir les huissiers. Si le fait de connaître la suite était au début un peu gênant (puisque la seconde est la préquelle de la première, vous suivez ?), on arrivait à l'oublier assez vite.

 

Il y a, dans les aventures du triton privé, un petit quelque chose de Philip Marlowe et une bonne louche de burlesque à la Buster Keaton. Imaginez Lauren Bacall avec une queue de sirène, lançant des tartes à la crême à Humprey Bogart, tout en lui disant "just whistle", et vous aurez une idée du décor. Mais pas de l'intrigue, ni des jeux de mots qui s'enchainent les uns aux autres...

 

Et puis depuis 2003, plus rien. Sept longues années pendant lesquelles je savais (parce que je suis dans le secret des dieux, moi, m'sieurs-dames ! Du moins, dans celui des auteurs que j'aime !) qu'un projet de roman était en préparation. Mais bon, voilà, Jess avait d'autres chats à fouetter, ou plutôt d'autres bout d'choux à chouchouter, et le projet a pris son temps pour mûrir et s'épanouir...

 

Et c'est aux éditions Mille Saisons qu'il voit enfin le jour. Son titre ? Investigations avec un triton. Comment le commander ? Sur le site (suivez les recommandations ci-dessous) ou en librairie.

 

Pour ma part, je l'attends avec impatience !!

 





Les Editions des Mille Saisons
564 montée des vraies richesses

04100 Manosque
Site de Mille Saisons

Forum des Mille Saisons
Mail : contact@millesaisons.fr
Fax: 09.55.45.43.25

 

 

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Parutions
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 14:57

 

 

Or donc, je vous avais promis de vous raconter la suite de Mes Étonnants Voyageurs, et de vous donner quelques photos. J'ai traîné, mais c'est pour la bonne cause, puisque dans mon article précédent, je vous ai parlé de la scandaleuse rupture de contrat des éditions Classiques Garnier vis à vis d'Anne Larue, concernant son ouvrage Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès, brutalement retiré de la vente par l'éditeur deux semaines après sa parution. Dorénavant, lorsqu'un libraire commande le livre, il reçoit en réponse "ce textes est momentanément indisponible". J'espère que le moment sera très bref, parce que non seulement c'est scandaleux, mais en plus, c'est priver les lecteurs d'un livre passionnant.

 

Pour en revenir aux Étonnants Voyageurs, voici quelques photos que j'ai pris plaisir à faire, durant mes pauses, le samedi après-midi.

 

Et là, je ne sais pas pourquoi, over-blog me plante, m'interdisant de mettre toutes mes photos dans un album. Bon, on va essayer de ruser...

 

Et ça marche ! Tout d'abord, voici Catherine Dufour qui ne se sait pas observée

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/catherine_dufour.jpg

et lit, tranquillement, sur le stand de la librairie de l'Atalante

 

 

 

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/actusf3.jpg    et le stand d'ActuSF.

Il y avait quelque chose d'assez surréaliste à intervertir les rôles, à les photographier, alors que d'habitude, c'est l'inverse, c'est ActuSF le reporter

 

Allez, encore une   http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/ActuSF2.jpg

 

et une dernière... http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/ActuSF.jpg  

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, au détour d'une allée, j'ai vu Jacques Baudou, en train de dédicacer son encyclopédie de la Fantasy, primée au GPI (ça se passait avant la remise du prix, mais bon, on va pas chipoter). Et là, il s'est passé quelque chose de marrant. J'ai pris une première photo                          http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/jacques1.jpg

et j'ai eu l'impression qu'elle était totalement floue. Alors j'en ai pris une autre http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/jacques2.jpg 

et je l'ai encore crue floue. Donc, j'ai insisté, et Jacques, qui s'était aperçu de mon manège aussi discret qu'un éléphant dans un salon de verroterie, avait bien du mal à garder son sérieux. 

 

Ce qui donne un sourire superbe 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/souriredejacques.jpg

 

 

 

Et puis, il y en a un autre que j'ai tenté de pister, mais à chaque fois que j'allais appuyer sur le déclencheur, quelqu'un passait devant. J'ai tout de même réussi à attraper un quart de visage, avec la manche d'un lecteur qui lui fait une drôle de coiffe. Voici Stéphane Manfredo qu'il est bô !

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/manfredo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, bien sûr, j'ai photographié quelques-uns de mes voisins de stand. Pas tous, hélas, je n'ai pas Justine Niogret, ni Victor Dixen (mais bon, vous les avez en video sur l'article ante-précédent), ni Yan Marchand ni Patrice Lajoye, qui ne sont arrivés que le dimanche (et le dimanche, je n'ai pas sorti mon appareil, je n'ai pas vu la journée passer).

 

mais j'ai tout de même une bonne partie de la Rivière Blanche team, à savoir :

 

 

 

Philippe Ward

 

Master Philippe Ward himself, avec sa gentillesse, son badge d'éditeur et son tee-shirt de supporter toulousain !

 

Photobucket

 

Lionel Davoust et Xavier Dollo, alias Thomas Geha, mes complices rennais flammagoristes (entre moult autres choses ;-))

 

 

Photobucket

 

 

 

 

 

 

Encore Lionel...

 

 

 

 

 

 

Le sourire de Xavier-Thomas Dollo-Geha     encore Xavier...

 

 

 

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/david.jpg

 

 

David S. Khara, qui n'en revient pas du succès des Vestiges de l'Aube

 

 

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/sylvie.jpg

 

Le sourire tout à la fois fatigué et rayonnant de Sylvie Miller...

 

 

 

 

Et puis, il s'est passé quelque chose de bizarre. Une étrange créature, toute de rouge coiffée, a séduit Thomas Geha

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/guerriereetauteur.jpg

 

                                     s'est emparée de son Sabre de Sang...

 

                                           http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/audedesang.jpg

 

 

                                                    et l'a vendu à la criée !!

 

            http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/guerriere.jpg                                           http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/audedesang2.jpg

 

 

 

 

Et pendant ce temps-là, une terrible métamorphose se poursuivait sur le stand de la librairie Critic :

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/wardtoulouse.jpg

 

nous apprîmes qu'un ours des Pyrénées, égaré, on ne sait comment, au nord de la Bretagne, était devenu un super-héros...

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/guerrierbasque.jpg

 

Incroyable Hulk ou Docteur Jekyll & Mister Hyde ?

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/guerrierours.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solenn et moi le poursuivîmes vaillamment

à travers les couloirs du Salon

craignant qu'il ne terrorise les visiteurs

 

 

nous nous félicitâmes de notre succès

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/solenn.jpg

 

 

et récupérâmes le chef de la RB-team

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/philippelionel2.jpg

 

sain et sauf, et prêt à nous faire bosser

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/phil_sylv_xav.jpg

 

 

 

Pendant ce temps, ma petite famille était arrivée et mon chéri, ne voulant pas être de reste, se mit à me mitrailler. Ô surprise, j'ai trouvé quelques photos où je ne me déplaisais pas

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/lucievolonte.jpg

 

 

 

 

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/lucie_floue.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et une petite dernière, pour la route ?

 

http://i234.photobucket.com/albums/ee77/svetambre/Etonnants%20Voyageurs%202010/stand.jpg

Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:37

 

Il y a quelques semaines, j'ai repéré un ouvrage à paraître qui m'intéressait beaucoup : Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès, par Anne Larue.

 

Je connais Anne Larue par Modernités Médiévales, elle était l'une des organisatrice du colloque sur la Fantasy de l'université de Villetaneuse, où j'avais été invitée l'an dernier. Je connais son sérieux (qui n'empêche pas le sens de l'humour) et son enthousiasme pour ses travaux de recherche. Et lorsque j'ai appris cette future parution, j'ai mis le titre dans ma wish list. Que ne l'ai-je commandé immédiatement !

 

Je viens de recevoir un mail d'Anne Larue, m'informant que Fiction, féminisme et postmodernité a été retiré de la vente par l'éditeur, qui plus est, sans qu'elle, l'auteur, en ait été préalablement informée. Elle ne s'est aperçue de cela qu'en voulant commander quelques exemplaires supplémentaires (elle avait déjà reçu ses exemplaires d'auteur). Elle a donc cherché à savoir ce qui s'était passé, le pourquoi du comment, et on lui a répondu (au téléphone) que c'était pour des raisons « idéologiques » ! Que certains passages étaient trop « polémiques » !

 

Oui, vous avez bien lu : un essai accepté par un directeur de collection, signé, corrigé, imprimé, publié, est retiré de la vente deux semaines après sa parution par un éditeur, pour des raisons idéologiques.

 

Pourtant, l'éditeur ne pouvait ignorer ce que l'ouvrage contenait ! Voilà ce qu'en disait la quatrième de couverture, qu'on peut lire sur Fabula, un site consacré à la recherche en littérature.

 

Anne Larue

Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès.

Classiques Garnier

Coll. Perspectives comparatistes

2010

238 p.

ISBN : 978-2-8124-0122-0

39 euros

 

Présentation de l'éditeur :

 

Cet essai, consacré à la littérature de l'imaginaire, s'interroge sur la valeur subversive d'un corpus dont on n'aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion: la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglo-saxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80), la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance et garde enfouie la mémoire d'une féminité triomphante qui devient son sujet principal et «occulte». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers : la littérature la plus commerciale, la plus «facile», la plus ludique serait-elle celle où s'expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d'aujourd'hui?

 

 

 

Et le livre, qui figurait hier encore sur le site des éditions classiques Garnier, en a été retiré. Le lien donné par le site de l'éditeur, qu'on peut aussi trouver facilement par moteur de recherche, mène à un message d'erreur indiquant que le livre n'existe pas !

 

Alors, je n'ai pas lu le livre, pas encore. J'ai demandé à l'auteur de m'envoyer les passages incriminés, pour me faire une opinion. Mais je sais une chose : juste après avoir reçu le mail d'Anne, j'en ai reçu un autre, de la parti d'un autre correspondant n'ayant pas entendu parler de cette affaire, et qui disait ceci :

 

 Pour info,  sur le site de la ligue des droits de l'homme... une excellent initiative : l'observatoire de la liberté de création... http://www.ldh-france.org/-Observatoire-de-la-liberte-de- Un site dont je recommande la lecture 

 

Et oui, vraiment, la liberté d'expression est de plus en plus attaquée, avec une virulence de plus en plus forte. Sur Internet, dans les livres, les journaux, et où encore ?!

 

edit : Alba me signale un article très intéressant : http://www.come4news.com/anne-larue-censuree-a-contretemps-par-les-editions-garnier-416670

re-edit : Jef me signale qu'Anne Larue s'exprime dans un commentaire suite à l'article ci-dessus

 

re-re-edit : une pétition est en ligne : http://www.mesopinions.com/Non-a-la-censure-antifeministe-petition-petitions-c957f843067cba8b2f6c444a22643e04.html

 

re-re-re-edit : un billet très intéressant (comme toujours) sur le blog d'Irène Delse : http://irenedelse.wordpress.com/2010/06/01/de-quoi-les-editions-classiques-garnier-ont-ils-peur/

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article