Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:48
La France est peut-être la patrie des droits de l'homme, une chose est sûre : elle n'est pas la patrie des droits de la femme ! Je comptais vous parler de littérature, mais le blog de Charlotte Bousquet m'apprend la chose suivante, relayée par RESF et le quotidien Libération :

Najlae, une Marocaine de 19 ans qui a fui son pays à l’âge de 14 ans afin d’éviter un mariage arrangé par son père, vient d’être expulsée sur ordre de la préfecture du Loiret. Sa faute? Avoir franchi la porte de la gendarmerie de Château-Renard pour y déposer une plainte. Son hébergeur de frère l’avait, deux jours auparavant, rouée de coups. (...) Bilan: huit jours d’incapacité de travail et un gendarme qui contrôle son identité, prévient la préfecture de son statut d’irrégulière et place en garde-à-vue Najlae, victime devenue coupable.

Cherchez l'erreur...

Je vous conseille vivement de lire l'article au complet et de suivre les liens vers le site de la Cimade, qui lance une campagne pour obtenir une véritable protection des femmes étrangères victimes de violences, et vers le blog de Circé, qui démontre l'instrumentalisation de ces violences conjugales, qui est faite par le pouvoir politique.

Je suis écoeurée. Ecoeurée par l'indifférence. C'est tellement plus rigolo et tellement plus "féministe" de se battre pour un morceau de tissu qu'on porte ou non sur la tête, n'est-ce pas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article

commentaires

ze lawyer 02/03/2010 15:09


@christophe, je crois que sur cette affaire, il est difficile de justifier la loi car même si la maxime "dura lex sed lex" se justifie, elle s'aplique essentiellement aux fautifs. Dans cette
affaire, la jeune fille (su pu être un jeune homme, un retraité, un animal ... ) a subi une injustice lourde, elle a été battue. Le premier devoir de la loi est de garantir l'intégrité physique des
personnes. Le fait qu'elle soit en situation irregulière ne peut pas annuler son statut de victime et la première rêgle est de juger son agresseur. Ensuite la courtoisie voudrait qu'on avertisse la
jeune fille de sa situation administrative et qu'on lui laisse un temps pour se régulariser. C'est la moindre des choses car c'est elle, la victime. Le reste est adminstratif et n'a pas de
conséquences "direct" sur la sécurité d'autrui.


Lucie Chenu 23/02/2010 09:17


@ Christophe : la jeune fille est arrivée enfant, à l'âge de 14 ans. Elle était sous la responsabilité de son frère chez qui elle habitait, et celui-ci vit tout à fait légalement en France. Durant
les cinq années qu'elle a passées en France, au collège et au lycée, les lois sur l'immigration ont changé une fois de plus (depuis les lois Pasqua-Debré, ça n'arrête pas ! au point que des
Français n'arrivent plus à se faire faire leurs papiers d'identé ou passeport, mais passons). C'est la loi Sarkozy dite "Loi du 26 novembre 2003 relative à la maîtrise de l'immigration, au séjour
des étrangers en France et à la nationalité". L'article sur Wikipedia la détaillle bien. On y remarque quelque chose d'assez "amusant" : la "création du délit de mariage de complaisance". Ca n'a rien à voir avec l'histoire de cette jeune fille,
mais ça montre bien comment on peut vivre en respectant parfaitement la loi, et puis du jour au lendemain, se retrouver hors la loi parce qu'un nouveau délit a été créé... C'est insensé !

Bon, pour en revenir à cette jeune fille, elle a 19 ans maintenant, c'est à dire qu'à l'âge de 18 ans, devenue majeure, elle s'est retrouvée sans titre de séjour en règle. Le savait-elle ? On dit
que nul n'est sensé ignorer la loi, mais tout est fait pour qu'on s'y perde dans les méandres législatifs et administratifs (voir comment d'une préfecture à l'autre, on n'a pas les mêmes
renseignements ni les mêmes consignes). Mais là n'est pas la question.

Le point vraiment important est que cette jeune fille s'est fait tabasser par son frère, à l'aide d'objets en métal (c'est détaillé dans un des liens que j'ai donnés), ça n'était pas une claque,
non. Elle a huit jours d'ITT, et se décide à aller, le lendemain des faits, après avoir passé la nuit chez une copine, porter plainte à la gendarmerie. Il faut du cran pour porter plainte contre
son frère (ou père, ou mari...), ça n'est pas un acte anodin. Mais il est traité comme tel.

Que s'est-il passé, exactement ? Qui a pris la décision, au vu de ses papiers d'identité, de la faire renvoyer immédiatement au Maroc ? Je ne sais pas si ça vient de la gendarmerie ou du parquet ou
quoi ou qu'est-ce. Ce que je sais, c'est qu'il y avait là deux délits : l'un, administratif, est "réglé" sans que la jeune fille n'ait la possibilité d'appeler un avocat. L'autre, pénal, est...
rien du tout. Il n'y aura pas de procès, la plainte va être classée. Le frère violent ne sera pas puni pour son acte, ni soigné s'il a besoin de l'être (nombre d'hommes violents avec leurs
femmes/mères/filles/soeurs sont en fait des gens stressés à mort qu'on pourrait aider à s'en sortir, si on se donnait la peine de le vouloir). Et la jeune fille, la victime, n'obtiendra pas
réparation.

Voilà qui va à l'encontre des promesses du candidat Sarkozy pour qui la France serait une terre d'accueil pour toutes les femmes en détresse ! Au contraire, la France chasse une ado qui a grandi en
elle, s'est imprégnée de sa culture, a consommé et dépensé de l'argent en France, donc a fait tourner l'économie française. Tout ça pour quoi ? Pour séduire les électeurs du FN ?

Ce qui est vraiment grave, dans cette affaire, c'est qu'entre deux délits, l'un qui ne fait aucune victime, l'autre qui en fait une, on a choisi de ne traiter, à la va-vite sans moyen de défense,
qu'un seul. Et que la victime venue chercher de l'aide à la gendarmerie a été traitée en coupable.

On sait qu'en France, en moyenne, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Mais pour qu'une femme meure ainsi, il faut qu'elle ait été battue durant des années. Il faut
qu'elle ait souffert le martyre. Et cela, tu vois, c'est un délit bien plus grave que de séjourner en France sans avoir le bon papier administratif. Aux yeux de la Loi aussi, pas seulement
aux yeux des femmes, cette sous-moitié de l'humanité (et là, je n'ai pas de smiley assez grimaçant pour donner une idée de ce que je ressens)

En 2007 : Sarkozy s'engage auprès des femmes en détresse : http://lci.tf1.fr/politique/2007-04/sarkozy-aupres-femmes-detresse-4884559.html

En mars 2009 : Carla Sarkozy-Bruni et Rama Yade s'engagent auprès des femmes battues :
http://www.voici.fr/potins-people/les-potins-du-jour/carla-bruni-s-engage-pour-les-femmes-battues-avec-rama-yade-283668

En février 2010 : une femme battue est chassée, sa plainte évaporée. Cherchez l'erreur !

Ah tiens, je parlais de Carla Sarkozy-Bruni. Connais-tu les modalités d'acquisitions de la nationalité française, maintenant ? A présent que Pasqua, Debré et Sarkozy en ont fait ? Il faut être
marié depuis quatre ans, tel qu'exposé sur le site de la Préfecture de Paris.

Sais-tu en combien de temps Carla Bruni a obtenu la nationalité française ? Quelques mois... Il faut dire que Claude Géant, le secrétaire général de l'Elysée, avait déclaré «Quelqu'un qui épouse
une personne française devient automatiquement français».

C'est quand même énorme d'à ce point ignorer la loi que son patron, Sarkozy, a pondue. Celle que je citais plus haut et qui a créé le délit de mariage de complaisance... et provoqué la campagne
actuelle pour lutter contre les "mariages gris".

La chasse aux étrangers se porte bien. Elle ne respecte pas toujours les règles et les lois, la France est régulièrement condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour non-repect de la
convention qu'elle a signée, mais elle se porte bien.

L'engagement auprès des femmes batuues, lui, est moribond. Allons, ne désespérons pas : nul doute qu'il renaîtra de ses cendres lors des prochaines campagnes sarkozyennes...

Tiens, un autre article, un autre blog à lire, vraiment : http://circe45.over-blog.com/article-violences-faites-aux-femmes-la-double-peine-a-la-mode-dans-le-loiret-45392413.html


Alexis, de Casa 22/02/2010 20:35


Cliquez sur mon nom… sinon, c'est là : http://shtonk.blogspot.com/


Christophe 22/02/2010 20:26


@ Alexis : Bon je ne partage pas votre vision de la situation, l'arbitraire aurait été qu'elle fasse l'objet d'une mesure reposant sur aucune règle de droit, ce qui ne semble pas être le
cas.....Mais je veux bien avoir le lien de votre blog afin de mieux comprendre votre avis.


Lucie Chenu 23/02/2010 09:27


Les règles de loi ont été contournées ! Il y a des règles précises permettant aux étrangers apréhendés en situation irrégulière de demander de l'aide juridique et/ou administrative. Il y a,
surtout, un un réglement de police qui dit qu'une personne agressée, se présentant pour porter plainte, doit être entendue et qu'une enquête sur son agression doit être ouverte. Même un
criminel avéré doit être protégé. A plus forte raison une ado qui n'est pas en règle avec l'administratif !


Alexis, de Casa 22/02/2010 20:10


Une loi juste, c'est une loi qui protège l'individu de l'arbitraire.
Si la conséquence de l'application d'une loi, c'est de renvoyer une femme en détresse, qui avait réussi à échapper à son premier bourreau pour trouver refuge chez le second, de la renvoyer donc, à
la case départ, chez le premier bourreau. Dans une situation où elle sera clairement la cible et la proie de toute sorte de trafiquants d'humains. Alors je dis que c'est une loi injuste.
Je dis que j'ai le souvenir d'une france sanctuaire, d'une france qui prouvait bien mieux sa force en protégeant les faibles qu'en les écrasant.
Maintenant, si vous souhaitez poursuivre cette conversation, prenez donc connaissance de mon avis sur la question sur mon blog, je vous y invite.