Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 11:50
C'est la question que m'a posée Daniel C. Hall pour son blog Les Toiles Roses, blog qui lutte contre les discriminations homophobes. Plus exactement, il m'a proposé d'écrire un texte, pour cette section du blog : "si j'étais homosexuel(le)" vu par les hétéros, et "si j'étais hétérosexuel(le)" vu par les homos.

J'ai accepté avec enthousiasme, d'autant plus que l'homophobie, comme toutes les discriminations, me... je cherche mes mots, là, mais celui qui me vient à l'esprit c'est que ça "me fait mal". Tout simplement. Pourtant, je ne suis pas directement concernée, mais je ne supporte pas les discriminations, les agressions envers les personnes au motif qu'elles sont comme ci et comme ça, qu'elles sont différentes.

Mais bon, si vous lisez mon blog, vous le savez depuis un moment, ça ;-)

Et donc mon texte vient d'être mis en ligne. Si j'étais homosexuelle, sans aucun doute, j'aimerais à m'afficher...

Je n'ai pas toujours pensé cela. Pendant longtemps, l'homosexualité ou l'hétérosexualité ou toute autre forme de plaisir intime était du domaine de la vie privée. Je ne voyais pas l'intérêt d'afficher ses préférences sexuelles, ni même de les "affirmer". Mais à découvrir les actes ignobles commis par haine, j'en suis venue à changer d'avis.

En envoyant ce texte, j'avais aussi envoyé une nouvelle qui traite d'homophobie. Je suis très heureuse que Daniel l'ait mise en ligne (en plus, il dit plein de choses flatteuses sur moi, ça fait du bien à mon ego ;-)) Cette nouvelle, Bienvenue à Paris, avait été écrite en réponse à un appel à textes du collectif Qui Fait la France ?, mais le projet n'a pas pu voir le jour. C'est ma seule nouvelle véritablement réaliste -- elle est vraiment inspirée de faits réels, faits divers et faits politiques, citations incluses.

C'est... différent d'écrire de façon réaliste. En fait, je crois que j'ose peu. Mais là, j'avais vraiment quelque chose à dire qui me tenait à coeur.

Je vous redonne le lien pour lire tout ça. Comme d'habitude, les commentaires sont les bienvenus, mais pas les insultes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article

commentaires

Macada 17/02/2010 06:41


Clap, clap, clap ! pour l'idée vraiment chouette des Toiles roses.
Clap, clap, clap ! pour la nouvelle que tu en tires.

De mon côté, si j'étais homosexuelle, mon amoureuse n'aurait pas de barbe et je saurais enfin si elle a une fossette au menton.


Lucie Chenu 17/02/2010 08:39


Il y a des tas de choses intéressantes sur le blog des Toiles Roses. Des témoignages d'ados envoyés au Refuge, et aussi... des critiques d'articles ou de films en rapport avec le sujet, les "contes
Dark en ciel" de Nico Bally, etc.


sylvie 04/02/2010 20:17


Bonsoir, moi je pense à l'inverse que je me cacherais. Comme dit le proverbe pour vivre heureux vivons caché. Il y aurait de ma part une certaine pudeur puisque n'étant pas dans les critères
biologiques du couple pouvant donner la naissance. Je serais donc enclin à ne pas trop m'afficher de façon ostentatoire. C'est ma vision en tout cas.


Lucie Chenu 05/02/2010 16:51


vision que je respecte tout à fait. Je suis juste dans une période... plus combattive, quelque chose comme ça. Besoin que les choses bougent.

Mais encore une fois, c'est tellement facile de dire "si"...


Delphine 03/02/2010 18:48



J'ai beaucoup aimé ces textes, bien sûr. Et j'aurais aimé être sûre, comme toi, de m'afficher "si j'avais été homosexuelle".


Mais je vois presque chaque jour combien c'est difficile pour mes amis gay, combien ils doivent céder, souvent, mentir, souvent. Alors je ne suis pas sûre du tout que j'aurais eu ce courage.
Comme je ne suis pas sûre que j'aurais été Résistante.



Lucie Chenu 03/02/2010 20:05


En fait, je ne sais pas si j'aurais pu, si j'aurais su, si j'aurais eu ce courage... Et la Résistance, je le sais encore moins. C'est tellement facile de dire "si" quand ça n'est pas le cas. Mais
disons que c'est ce que je souhaite, et qu'au moins je peux et veux dire publiquement ça (pas beaucoup mais mieux que rien :))


Johann Nepomuk 02/02/2010 19:10


Bonjour, je trouve que c'est une très bonne attitude d'assumer, si d'autres avaient eu ce courage, je pense particulièrement à tous ces grands acteurs comme james Dean, Rock Hudson, Montgomery
Clift, leurs rôles auraient sans doute été plus en accord avec eux même. Le fait de ne pas assumer et se cacher, c'est toujours décevoir après coup. A l'inverse assumer c'est l'assurance d'être
reconnu pour ce que l'on est. Même si il faut le dire, dans une amérique puritaine, ce type de coming out était loin d'être simple, c'était pourtant la seule solution pour qu'on garde d'eux une
image authentique et qu'ils puissent espérer des rôles plus adéquates à leur personnalité. Avoir le courage de ne pas tricher pour ne pas décevoir, c'est déjà le premier de tous les
courages.


Lucie Chenu 03/02/2010 20:03


Dans les années 50-60, l'homosexualité était un délit dans la plupart des états des Etats-Unis (comme dans beaucoup d'autres pays), donc il était impossible de faire un coming-out. C'est déjà
tellement difficile, maintenant que l'homosexualité est dépénalisée, et a été retirée (en 1990 seulement) de la liste des maladies mentales par l'OMS... mais là, en plus, avec une peine de prison à
la clef, je ne l'imagine même pas !


Fred le Zèbre 30/01/2010 19:47


J'aime le passage "Si j’étais homosexuelle, je ne pourrais pas mettre en cause, à chacune de nos disputes, ton genre et ton machisme ! Peut-être serais-je obligée de me remettre en question, chaque
jour."

Au combien tu as raison, homosexuel(le) ou non, nous devrions toujours nous remettre en cause avant de rejeter les problèmes sur l'autre, différent. C'est passé de la peur à l'amour, de la violence
à la bienveillance.

Merci pour ce beau texte.


Lucie Chenu 31/01/2010 17:30


Merci à toi, Fred :-))

C'est une question que je me suis vraiment posée, et pas qu'une fois : si l'homme que j'aime était une femme, nos disputes seraient-elles les mêmes ? ^^