Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:46
ou peut-être devrait-on l'appeler "concours" ?

Je vous copie l'annonce telle que je l'ai reçue de Jean-Pierre Planque : elle me plait beaucoup ;-)

Oh, et puis non : je corrige une faute de frappe, et je mets en rouge ou en gras ce qui me fait rire.

Pappel du Règlement 2010

Art 1 : Le Prix Pépin 2010 est organisé comme suit :
-les candidats déposeront de un à six textes par auteur. Ces dépôts se font exclusivement sous forme numérique, par mail envoyé à pepin2010@gmail. com
-Les textes ne devront pas dépasser 300 signes et espaces (oui : trois cents !) et constituer un texte cohérent, rattachable à la science fiction. Le titre est compris dans les 300 signes.
-Les textes seront enregistrés dans leur ordre d’arrivée, jusqu’au 31 mars 2010 à minuit (il est tenu compte des fuseaux horaires).

Art 2 : Le jury aura connaissance des textes sans mention de nom d’auteur. Il opèrera un choix en plusieurs phases : d’abord en désignant, selon des modalités précises dont il décidera au vu du nombre de textes reçus, les textes finalistes, puis, de la même façon en désignant parmi ces finalistes au moins trois textes : Pépin d’or, pépin d’argent et pépin de bronze. Un prix du jury pourra être décerné. Eventuellement, le jury décidera de façon souveraine d'attribuer des prix supplémentaires. Enfin, les finalistes non primés seront soumis au public qui votera pour désigner le prix du public.

Art 2bis : Pour en finir avec les cons, les concurrents sont libres de faire voter leurs potes, de voter eux-mêmes, etc. pour le prix du public. Ceux qui ne seront pas contents risquent bien inutilement de se fabriquer des ulcères, ce qui est vraiment dommage, non ?

Art 2ter : Mais comme il y en a qui ont vraiment poussé le bouchon un peu loin, le jury déterminera lui-même dans quelles conditions le public sera admis à voter.

Art 3 : L’ensemble des textes finalistes sera publié dans un recueil « Pépin 2010 », chacun étant accompagné d’une illustration. En soumettant un texte, l’auteur s’engage à accepter la publication de son texte, de son nom ou de son pseudonyme, et à ne pas contester le choix de l’illustration.

Art 4 : La Présidente du jury se réserve le droit d’écarter, en motivant sa décision, tout texte contraire aux lois en vigueur en France au moment de l’organisation du concours, et notamment tout texte injurieux, faisant l’apologie de la haine raciale, etc.

Art 5 : Ce règlement n’ayant dû être pondu que parce qu’il s’est trouvé des mauvais coucheurs dans le concours 2006 et même un fameux sale con dans celui de 2008, et des serial tricheurs dans celui de 2009, la Présidente règlera les autres litiges à sa convenance et à celle des candidats, car tel sera son bon plaisir, et pourvu que les candidats en questions fussent moult joyeux et joyeuses gars et garces, venus là pour s’esbaudir, se taper sur la panse et tirer de tout ceci grande réjouissance et grand tumulte de chairs et d’esprit…

Art 6 : il n’y en a pas…

Art 7 : non plus…

Signé : le Grand Maître du Prix Pépin et de quelques autres billevesées

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article

commentaires

Pierre-Alexandre Sicart 11/06/2010 05:45



"Sot" est un mot d'une grande littérarité, puisque même Cyrano ne se prive pas de l'employer :


— Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !


Et puis, Pierre, ton prix est célèbre maintenant : même Orson Scott Card a participé !



Lucie Chenu 11/06/2010 08:35



Wow ! Scott y a participé ? Coool !  


 


Transmets-lui mes amitiés, à l'occasion.



Pierre Gévart 10/06/2010 16:27



Bonjour, tous !


 


Bon, c'est vrai que je me suis un peu lâché et relâché ! Mais bon, Pierre-Alexandre, si tu utilises des arguments déloyaux comme de me désigner comme "une de tes plumes françaises préférées", je
vais être obligé de t'écouter, et je parlerai de "sot" et de "sots", pour que les taïwanais ne croient pas que toutes les françaises sont rousses et les Pierre Gévart des malotrus !


Et en plus, Lucie, voilà que tu me compares à Sarkozy ! Moi qui t'avais toujours pris pour une amie !


 



Lucie Chenu 10/06/2010 16:40



Mais la comparaison est toute en ta faveur, Pierre 


 


Je vais essayer de trouver le temps d'annoncer les résultats et le prix du public. Du temps...



Pierre-Alexandre Sicart 05/04/2010 17:17



Oh, je le lui ai dit, l'année dernière. Mais il veut simplement s'amuser, ce qui est son droit, et ne se soucie guère de l'effet que cela peut avoir sur une classe d'étudiants taïwanais, ce qui
peut se comprendre ! Et il a eu l'amabilité de ne pas me dire d'aller me faire voir si je n'étais pas content. :oP


 


Je peux déplorer ce que je comprends.


Je peux comprendre ce que je déplore.



Lucie 05/04/2010 17:33



Arf ! oui, déplorer et comprendre à la fois... je connais, ça n'est pas agréable...



Pierre-Alexandre Sicart 05/04/2010 17:08



"Con" n'est pas tellement passé dans le langage courant que tu l'utiliserais dans une lettre de prise de contact, je pense. Quant à expliquer la situation à mes étudiants, je ne maîtrise pas
assez la langue chinoise, et eux pas assez le français. En leur donnant le lien du site, je leur ai donné ce texte en exemple, et je le regrette. Cette année, comme je le disais, je les ai encore
fait participer, parce que c'est un concours assez super, mais... sans leur donner l'adresse du site.



Lucie 05/04/2010 17:12



C'est vrai, pas dans une lettre de prise de contact...


Je comprends mieux, du coup, ton point de vue. Mais comme je te le disais, au départ c'était une quasi private-joke, lancée sur une liste de discussion et... ça a pris une ampleur que Pierre
n'attendait pas.


Dis-lui, tout ça !



Pierre-Alexandre Sicart 05/04/2010 16:13



Je ne savais pas que tu utilisais Sarkozy comme référence, maintenant...


 


Ce que je sais, c'est que j'ai fait participer mes étudiants à ce concours, et que l'année dernière, ceux qui ont lu le règlement en sont ressortis avec l'impression que "c'est comme ça que ça se
fait, en France".


 


Cette année, je les ai encore fait participer... mais j'ai évité de leur donner l'adresse du site.



Svetambre 05/04/2010 16:24



Comme je n'ai pas lu le réglement l'an dernier, je ne vois pas avec quelle impression tes étudiants sont ressortis... Mais il faut dire que le Pépin est au départ un jeu lancé à moitié en
plaisantant par Pierre Gévart, et curieusement, ce jeu a eu du succès, a pris de l'ampleur, et est devenu un prix, un concours, presque "officiel", et, tu me l'apprends, international ! C'est
très décalé avec ce que c'était au départ et avec le but de Pierre qui était tout simple : s'amuser avec des mots et de la SF.


Des participants ont été extrêmement grossiers, injurieux, parce que ça ne se passait pas comme ils l'auraient voulu. Tu sais ce que c'est : il est si facile de ne rien faire, et de dire du mal
de ceux qui font quelque chose. Un règlement a donc été rédigé et moi, je ne le trouve pas grossier ni vulgaire. Ça fait belle lurette que le mot "con" est passé dans le langage courant (du
moins, dans l'acceptation d'"imbécile", et si je suis scandalisée qu'un président insulte un quidam, je l'aurais été tout autant s'il lui avait dit "casse toi pauvre idiot".


 


Après... tu connais l'histoire : un anglais débarque à Calais, voit une Française rousse et rentre chez lui en disant "toutes les Françaises sont rousses". Tu peux sans doute expliquer à tes
étudiants que la France est variée, non ?