Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 18:42

Llorona on the rocks, le roman de Charlotte Bousquet que j'ai eu tant de plaisir à diriger pour les éditions Argemmios, va bientôt connaître une nouvelle vie chez un nouvel éditeur. Malheureusement, ce que Charlotte n'avait pas prévu, en récupérant ses droits pile deux ans après la signature de son contrat, c'est que les éditions Argemmios se retrouveraient avec l'interdiction formelle de les solder avant – pour cause de loi Lang – comme après cette date – pour cause de contrat. Interdiction même de donner les livres ! On a cherché tous les moyens, il n'y a rien à faire : Argemmios a l'obligation de pilonner tous les exemplaires de Llorona on the rocksrestant en stock après le 16 juin 2012. Or, non seulement le pilon a un coût non négligeable, mais en outre ça fait mal au cœur de détruire un livre aussi bon, moins de deux ans après sa parution !

 

Du coup, comme on connaît votre amour pour les collectors, et qu'en plus on ne sait pas si le nouvel éditeur conservera les nombreuses et riches annexes du roman (ni d'ailleurs le titre, ni en fait la fin), on s'est dit qu'il fallait faire d'une pierre deux coups et vous informer de la situation, pour le cas où vous ayez différé votre achat. D'ici peu, Llorona on the rockssera introuvable – dans sa version originale, avec une couverture signée Fabien Fernandez. Alors, n'hésitez plus ! Passez dès maintenant commande sur la boutique en ligne d'Argemmiosqui vous le propose avec la réduction légale de -5%, ou chez votre libraire préféré.

 

http://boutique.argemmios.com/WebRoot/ce_fr/Shops/216008/4CCE/8695/7CA8/54F5/A616/3EC1/CD19/20A8/COUV-Llorona_m.jpg

 

« Les fées, c’est comme la Vierge de Guadalupe, j’ai cessé d’y croire à dix ans. Quand j’ai tué pour la première fois. »

À Ciudad Juárez, des femmes sont assassinées. Pour le sexe. Pour le fun. Pour leurs organes, aussi. La routine. Sauf qu’une inconnue voilée de blanc apparaît, à chaque fois, près des cadavres.

La Llorona.

En pleine guerre des cartels, les Feds ont autre chose à faire que courir après une légende. Alors, ils ont fait appel à moi, Eva Vargas, la meilleure tueuse à gages et spirite du Mexique. Mais entre les fantômes du passé, les narcos et mon fichu cœur d’artichaut, il va falloir autre chose qu’un tequila blanco pour y arriver sans me brûler les ailes…

 

 

À propos de Llorona on the rocks :

 

« un livre assez étonnant, un de ceux que l'on dévore d'un coup. Ce livre possède une urgence incroyable. (…) Un fantastique ou plutôt une superstition omniprésente donne un ton vraiment original à ce livre. Ici, le réel, très glauque, rejoint le thriller qui baigne lui-même dans une ambiance surnaturelle très prenante », par Lefantasio, sur Esprits Libres.

 

« c’est vivant, teigneux, rentre-dedans, et pour peu qu’on puisse accepter le principal personnage (une tueuse sans scrupules avec un cœur de midinette…), cela se lit d’une traite avec une tequila à portée de la main pour être dans l’ambiance. Par moments, ça fait du bien… », Thomas Bauduret, sur la Yozone.

 

« un texte sans concession, avec bande son à la clé », Garion, sur les Chroniques de l'Imaginaire.

 

« L’auteure, pour écrire ce roman, s’est délibérément placée dans la peau de son personnage et la nervosité, l’impatience et la force d’Evelia ressortent dans l’écriture même. (...) de surprises en rebondissements, l’action avance, nous plongeant de plus en plus profond dans le bourbier morbide de la ville-frontière. Le style est parfois filant, parfois heurté, comme les sentiments de l’héroïne. C. Bousquet garde la poésie qui fait le charme de ses écrits, mais y ajoute une pointe d’amertume qui va s’amplifiant tout au long du texte », Jean Rébillat, surActuSF.

ActuSF a d'ailleurs classé le livre dans la liste des livres qui [lui] ont tapé dans l'œil en 2010-2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article

commentaires

Lael 12/06/2012 11:52


ah j'avais pas vu que tu m'avais renvoyé à cet article http://pourlelivre.wordpress.com/2008/06/28/le-pilon/


Il répond plutot bien à mes questions ^^ en résumé ce n'est pas économiquement rentable de vendre en occaz ces livres là et le pilon sert à éviter les couts de stockage. j'ai bien appris ma leçon
^^ ?


par contre ma question reste : quand une maison d'édition peut solder ses prix ? pas avant deux ans c'est ça ?

Lucie Chenu 12/06/2012 13:55



Là, en l'occurrence, le pilon sert à respecter les engagements de l'éditeur auprès de l'auteur qui reprend ses droits tout en n'enfreignant pas la loi Lang...

Et oui, la réponse, c'est deux ans. Alors on peut faire des lots, comme le "deux CB pour le prix d'un et demi" :) Mais solder un livre, vendre un gros stock à un soldeur, c'est deux ans après
parution -- et pas après signature du contrat (là, l'auteur a repris ses droits deux ans après signature du contrat, une clause mal rédigée pour l'éditeur ! Rabaisser la durée d'exclu de cinq à
deux ans, oui, pourquoi pas, mais pas après signature, après parution ! -- et à mon avis, un juste milieu serait trois ans)



Lael 12/06/2012 11:38


merci pour les précisions mais je reste quand même perplexe sur les lois : "l'interdiction
formelle de les solder avant – pour cause de loi Lang – comme après cette date – pour cause de contrat." : dans ce cas quand une maison d'édition peut solder ces livres ?


Et pourquoi ne peux t'elle pas les donner (ça doit être interdit mais c'est absurde, c'est
juste pour ne pas faire concurence à la nouvelle édition ?!) ?


J'en profite pour poser une question qui m'interpelle depuis un moment : pour les livres
"retour de libraries" (usés sur la couverture, considérés comme invendables), je suppose qu'ils sont eux aussi détruits, mais pourquoi ne pas les vendre à prix réduits ?


parfois la loi est vraiment très bisarre !

Lucie Chenu 12/06/2012 13:52



En effet, la loi Lang interdit de solder les livres parus depuis moins de deux ans :-( 
Nath a cherché toutes les solutions possibles, mais pas facile.
Pour les livres retournés abimés, il faut attendre deux ans pour les vendre d'occase. Faut dire aussi que proposer des livres d'occase quand on vend les mêmes neufs, c'est se faire concurrence et
c'est faire concurrence au circuit de distribution -- qui a lui même abimé le livre, mais ça devient vite un sac de noeuds !