Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 15:23
Les éditions Argemmios publient ce mois-ci une novella de Pierre Gévart : Et cette porte, là-bas, qui se fermait...".

La couverture (splendide !) est signée Mathieu Coudray



Elle est d'ores et déjà en souscription à la boutique Argemmios

et on peut en lire le début ici.

Voilà un extrait de la quatrième de couverture :

Orphée écrit, pour lui-même et pour un journal, où il signe une chronique quotidienne. Eurydice est professeur de lettres. Il boit, elle fume. Il est jaloux, elle aime se sentir libre. Dans le labyrinthe de leur vie commune, des portes s'ouvrent et se referment, innombrables, et nul ne saurait dire si elles les conduisent vers les Enfers ou si elles les en ramènent ; si, à travers elles, ils se retrouvent ou se perdent encore.


J'ai eu l'occasion, il y a quelques années, de lire une ancienne version de cette histoire et j'en ai le souvenir d'un texte très beau, très original. J'ai vraiment hâte de lire celle-ci ! C'est vrai que le mythe d'Orphée et Eurydice est l'un de ceux qui m'ont toujours le plus fascinée, mais Pierre Gévart a quelque chose de Cocteau...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article

commentaires

Vladimir Vodarevski 13/10/2009 10:36


Non, je ne l'ai pas vu. J'ai vraiment découvert Cocteau par hasard. Comme j'ai découvert par hasard qu'il avait fait des films! Je n'ai pas une grande culture littéraire. Je n'ai pas une grande
culture tout court, d'ailleurs. J'ai toujours regretté qu'il n'y ait pas au lycée une option "français littéraire", ou "français classique", pour me faire découvrir plus avant la littérature. Ou
encore "français rédaction", pour me faire travailler l'écriture littéraire. Je réapprends à écrire en ce moment. Il est bien dommage que l'Education Nationale ait abandonnée la culture classique.
L'enseignement devient trop utilitaire.


Lucie Chenu 31/10/2009 13:49


ou la la ! Ca fait presque trois semaines que je ne trouve pas le temps de te répondre !

Je pense que ça n'est pas un manque de culture, parce que tu t'intéresses à pein de choses. C'est un peu générationnel, tout simplement. Quand j'étais jeune, on vénérait Cocteau et le ciné-club.
Actuellement, il y a tant de choses à lire, à voir, à découvrir, à faire...

Mais c'est vrai que l'enseignement devient très utilitaire. Et en tant que mère d'élève, je n'arrive pas à savoir si j'en pense du bien ou du mal.


Vladimir Vodarevski 11/10/2009 23:10


3quelques choses de Cocteau". Tu mets l'eau à la bouche. J'ai lu les enfants terribles, ou u  titre de ce genre. J'ai eu la chance de voir Jean Marais sur scène dans une pièce de Cocteau,
qu'il reprenait à la fin de sa carrière. Mais je n'ai pas le temps de lire tout ça! J'ai trois livres en attente, que je finisse celui que je lis! Deux essais, une anthologie (de toi d'ailleurs).
Celui que je lis traite... d'économie bien sûr!
Mais merci de faire découvrir tous ces livres. Cela me donne des idées de lecture, et me fait du bien. Je suis un peu frustré quand je vais à ma Fnac voisine, ou au Virgin (j'habite Courbevoie, à
côté de La Défense). Tant de surface, si peu de choix!


Lucie Chenu 12/10/2009 10:52


Oui, les Fnac sont de plus en plus frustrantes... moi j'essaye au maximum d'acheter les bouquins chez des libraires indépendants, en ville ou sur le net, ou alors de les commander chez
l'éditeur.

Cette histoire m'a rappelé l'Orphée de Cocteau. Tu l'as vu ?