Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 20:35
J'avoue qu'il y a des arguments qui me surprennent. Surtout venant de citoyens d'un pays qui se réclame de Dieu dans sa constitution.

La réforme santé d'Obama connaît une opposition farouche détaillée dans cet article du Monde. Bien sûr, des égoïstes, on en voit partout. Mais quand je lis : "[Joe Donelly] est contre la réforme car M. Obama empiète sur son libre arbitre. Et que, partager, c'est communiste.", j'avoue que j'hallucine.

Et si on lui explique qu'avant d'être communiste, historiquement, partager c'était chrétien ?

Parce que bon, merde ! La religion du Christ, telle qu'elle m'a été enseignée, c'était une religion d'amour, de partage, d'entraide, etc. (oui, je sais, je vais en surprendre à dire ça, mais c'est vrai)

Alors qu'on arrête avec Dieu. Qu'on le laisse tranquille, là où il est, perdu dans notre inconscient collectif (où voulez-vous qu'il soit ?). Qu'on cesse de le mettre à toutes les sauces, de s'en servir comme prétexte, comme argument politique.

Ne pas partager, c'est égoïste. Faut l'assumer, point barre.

Ca sera toujours aussi crade, mais au moins, ça sera franc

Quant à ceci : "Le tournant est survenu le 7 août. Sarah Palin, ex-colistière du candidat républicain à l'élection présidentielle, John McCain, a écrit sur le site Facebook : "Mes parents ou mon bébé trisomique devront comparaître devant le tribunal de la mort d'Obama, où des bureaucrates décideront s'ils sont dignes ou non de recevoir des soins." La "santé nationalisée", ce serait l'euthanasie officialisée pour les vieillards et les handicapés. "Un tel système serait l'incarnation du mal", dénoncent les adversaires de la réforme." ça m'écoeure profondément.

C'est mieux en France, vous croyez ?

PS : à propos de santé (et non, je ne parlerai pas de la grippe porcine), recrudescence de tuberculose résistante aux traitements dans le même numéro du Monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Cri du coeur
commenter cet article

commentaires

Yves 31/08/2009 11:44

hihihi, en Italie, rien ne marche, mais avec le sourire Plus sérieusement, la notion de "solidarité" si bien vendue en France par les médias et le pouvoir n'a pas très bonne presse en Italie. Le Nord riche, européen, travailleur, veut se séparer du Sud, estimé comme étant tout le contraire.

charlotte 18/08/2009 16:02

C'est la lutte finale... Bref, je me sens très communiste, là tout de suite. Et sinon, c'est vrai que c'est assez hallucinant. J'espère qu'Obama va réussir à passer sa réforme, quand même.

Yves 18/08/2009 10:31

Différences de cultures...En France, très marquée par le catholicisme et le communisme, on considère le nanti comme un privilégié, limite voleur. Et le pôvre comme une victime.Aux USA, ce sont le protestantisme et le capitalisme qui prévalent.Là-bas, le riche est une personne qui mérite son sort : il se respecte (se respecter, c'est être propre, suivre la loi, lire la bible, tondre sa pelouse, étudier à l'école, progresser, ne pas se laisser aller). Il respecte dieu, et est aimé par lui.Le pôvre, lui aussi, n'a que ce qu'il mérite : il ne se respecte pas lui-même , il ne respecte pas dieu, et n'est donc pas aimé par lui.Dans ces conditions, il est tout à fait logique, chrétiennement au sens américain, de ne pas vouloir aider des gens qui ne sont même pas les copains de dieu.Donc, si tu veux être assisté, mieux vaut vivre en France.

Lucie Chenu 31/08/2009 09:11


Il y a surement une différence de culture, mais est-elle simplement liée aux religions et à la présence du communisme ? Pas si sûre... Comment cela se passe-t-il en Italie, berceau du catholicisme
s'il en est, et pays lui aussi marqué par le communisme ?


Alx de casa 16/08/2009 15:42

Je me demande toujours si les conneries abyssales proférées par les politiques du modèle de S. Palin sont l'expression de ses électeurs,dont elle serait représentante où si c'est l'inverse. Elle les profèrent pour en rassembler derrière sa bannière (de guide suprême ?). Peut-être un peu les deux.Vu l'expérience que j'ai de la nature humaine, je pencherai plutôt pour la deuxième solution, les humains adorent "grégariser" derrière celui qui gueule le plus fort, même si ce ne sont que des éructations démagogiques voire des invocations mysticos-religieuses ésotériques à la Muad'dib.Je ne prendrai pas d'exemple en France…

Vladimir Vodarevski 16/08/2009 13:38

Les Etats-Unis sont pour nous un pays étranger, au même titre que la Chine. Ce n'est pas parce que les habitants ont pour beaucoup des origines européennes qu'ils ont la même mentalité. Nous avons donc du mal à les comprendre.
Concernant la réforme du système de santé américain, il ne faut pas oublier qu'un des objectifs, et peut-être le principal, c'est d'enrayer l'augmentation exponentielle des coûts de la santé aux USA. C'est cet objectif qui suscite les plus grades inquiétudes. N'oublions pas que la plupart des américains disposent d'une assurance maladie, même si en France on met l'accent sur ceux qui n'en disposent pas. Par conséquent, ils s'inquiètent d'être moins bien soignés à cause de la loi en préparation. Comme en France, à chaque débat sur le système de santé. Le débat sur le rationnement, on appelle ça la gestion comptable.
Ensuite, les américains se méfient viscéralement de l'Etat. C'est culturel, ce qui les rassemblent c'est qu'ils ont chacun des ancêtres ayant fui un Etat. Ils ont donc peur de l'intervention de l'Etat dans la santé, même si, en fait, celui-ci intervient beaucoup. Ce n'est pas le partage qui est dénoncé. Les américains ayant la culture du partage, des fondations, de la communauté, plutôt que la culture de l'Etat.C'est le contrôle par l'Etat. Le partage, dans la communauté, volontaire, étant même encouragé.
Bien sûr, les termes sont excessifs, et les deux camps usent de méthodes ahurissantes pour nous Français. Mais c'est ça les USA.
Je ne pense pas qu'Obama ait choisi la bonne méthode. Il aurait dû appuyer les initiatives des différents Etats. D'autant plus qu'il a été élu sur un message très vague, we can, et non sur un projet. je pense aussi que les américains ont surtout voté contre Bush, et donc les républicains. Quand on commente l'actualité américaine, n'oublions pas que Reagan reste un des Présidents préférés des Américains. Ce qui en dit long sur leur état d'esprit.
Je constate qu'aux USA comme en France, le débat sur le système de santé est assez pauvre. La question de l'augmentation exponentielle des coûts est très sérieuse, aussi en France. Si on ne prends pas le problème à bras le corps, on risque vraiment d'arriver au rationnement, pour ceux qui n'ont pas les moyens. Il y a d'ailleurs déjà des inégalités en France, dans le domaine de la santé.
Bon ben, je crois que je viens de faire un discours! Le sujet m'intéresse. Mais, comme pour tout, il faut beaucoup de temps pour rassembler des informations pertinentes.
Je constate que tu restes prolifique, même en plein mois d'août! Tu es bien courageuse. Le temps m'incite plutôt à la torpeur!

Lucie Chenu 16/08/2009 14:18


Oui, tu viens de faire un sacré discours, mais ça m'intéresse beaucoup ! Essentiellement parce que je réagis émotionnellement à un article de journal, et que tu connais visiblement la question
mieux que moi et l'analyses intellectuellement.

Je comprends les inquiétudes des Américains. Et celles qu'on peut avoir en France aussi. Je comprends certains des arguments, par exemple celui de la femme qui refuse que ses impôts servent à payer
des avortements. Je suis pour la liberté de l'interruption de grossesse, mais je conçois que quelqu'un puisse la ressentir comme un meurtre et soit farouchement opposé à l'IVG. Je suis très
effrayée à l'idée que la loi puisse basculer en arrière à cause des commandos anti-IVG, mais je comprends ces opinions.

par contre, je ne comprends pas l'argument "partager c'est communiste" !!

Je suis athée, mais j'ai été élevée dans la religion catholique et dans l'idée que Dieu = amour, Evangile = Bonne nouvelle et que "aimez-vous les uns les autres", ça commençait par "aidez-vous les
uns les autres". Et donc par "partagez vos richesses".

Quand j'ai découvert ce que faisait réellement l'Eglise (et les horreurs de l'Inquisition), j'ai claqué la porte. Mais il me reste des sursauts d'étonnement et d'écoeurement lorsque je vois tout ce
qu'on fait au nom de Dieu.

J'ai beau ne pas croire en lui, ça me fait de la peine pour lui ;-)

Donc ça, c'est ce que je ne comprends pas -- n'admets pas -- des arguments employés. Mais bon, ce sont des arguments employés par des politiques, et faudrait que je me foute dans le crâne que les
politiques ne sont pas là pour informer honnêtement, sincèrement et charitablement leurs électeurs ;-)

Mais je peux comprendre la méfiance envers l'Etat (plus je vieillis, plus je ressens quelque chose de comparable, à mon grand dam) et je serais bien incapable de juger un projet de loi que je n'ai
pas lu, sur un système de santé dont je ne connais pas le fonctionnement actuel !

PS : je ne suis pas si prolifique quand je mets en ligne mes chroniques BD, elles sont sur mon DD depuis un bout de temps ;-) Mais c'est vrai qu'hier, je me sentais d'humeur bavarde !