Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Humeurs de Svetambre
  • Les Humeurs de Svetambre
  • : Je n'aime pas les étiquettes, les catégories, les petites cases... je m'y sens à l'étroit. J'ai l'intention de parler de bien des choses, ici ! De mes livres ou de ceux que j'ai lus, de mon travail ou de ma famille, de ce qui me fait hurler et de ce qui me fait jouir de la vie...
  • Contact

Profil

  • Lucie Chenu
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !
  • Je suis un être humain, Yeah ! et comme tout être humain, je possède trop de facettes, trop d'identités, pour les définir en moins de 250 caractères. Vous devez donc lire mes articles !

Recherche

19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 17:37

Depuis quatre mois, La Dame des MacEnnen récolte des critiques et avis de lecteurs les plus favorables, touchant différemment chacun, en fonction de ses goûts. Jugez plutôt.



Sur ActuSF, Jérôme Vincent écrit « La Dame des MacEnnen est l’exemple parfait d’une fantasy intelligente. Sur une base redoutablement bien documentée (d’ailleurs l’auteur a eu la bonne idée d’ajouter quelques pages à la fin du texte sur la Guerre des Roses afin de bien décrire le contexte historique), il a tissé une histoire mélangeant magie, divinité, rapport entre une ange et les humains, moments héroïques, réflexion sur le destin et influence de chacun sur le cours des choses. », tandis que pour Bruno Para, sur nooSFere,  « La Dame des MacEnnen est donc finalement un bon — et court ! — roman de fantasy historique, dans lequel les chevauchées héroïques savent parfois laisser la place aux sentiments. »


Si Hélène, sur Parchemins & Traverses, se fait plus critique, elle n'en reconnaît pas moins : « chouette idée que de penser au devenir de ces anges qui ne s’étaient pas associés à la révolte des leurs, sans pour autant soutenir le Trône de Dieu. Et l’idée qu’ils pussent être tombés sur terre sans réel espoir de rédemption aussi. (…) le roman se noue entre des fils parallèles, l’histoire de l’ange se juxtaposant à celle de l’Écosse jusqu’à la Guerre des Roses, avec de longues descriptions précises de batailles qui s’y sont déroulées dont Bannockburn n’est pas la moindre. » En effet, comme l'explique Zaahne pour les Chroniques de l'Imaginaire, « la narration à la première personne, par la fée elle-même, et le ton lyrique employé distancient le lecteur de la guerre en elle-même et lui confèrent une aura mythique. Hésitant entre épopée chevaleresque, amour courtois et roman historique, ce livre, très documenté et écrit avec une prose travaillée et précieuse est très loin des clichés de la fantasy ou des histoires mettant en scène anges et fées. Le scénario est bien construit, la chute est imprévue, et le tout constitue un très bon texte, qui ne plaira probablement pas à tout le monde, mais qui a à cœur de respecter l'histoire mais en y donnant l'ampleur des légendes païennes. »


Le Cimmérien, quant à lui, a pleinement aimé et sur Psychovision, il exprime l'émotion ressentie à la lecture : « En à peine plus de cent pages Armand Cabasson arrive à créer une fresque sublime où se mélangent tous les sentiments, des plus tendres au plus violents, et où se croisent magie écossaise et trame historique. Un roman qui ne laisse pas de glace, original et rare. (…) Si vous ne connaissez pas encore celui qui pour moi est l’un des meilleurs auteurs de l’imaginaire francophone, jetez-vous sur cette histoire où le mythe rencontre le destin historique, laissez-vous porter par le chant funéraire de la Dame des MacEnnen, roman ambitieux et réussi, fantasy étrange, croisement des mondes et des univers. »


Pour Urgence Pratique (n°91), qui, au-delà du plaisir de la lecture s'intéresse au message transmis par l'auteur, « Conté dans un style magnifique, savoureux et épique, le livre de notre confrère Armand Cabasson revisite au travers d'un épisode de l'histoire des Highlands le mythe de la chute. Courage physique, fidélité aux idéaux chevaleresques, amours impossibles, méandres politiques qui ont construit l'histoire font un décor aux défis fondamentaux qui ne cessent de questionner l'humain : accès à la connaissance et au libre arbitre, acceptation de la destinée, espaces de liberté sans cesse à reconquérir sur le déterminisme. Un livre de chevet à savourer et à relire, tant pour son contenu historique que pour le plaisir d'un phrasé qui donne la nostalgie des grandes chansons de Geste. » C’est aussi ce que remarque Sire Cédric, sur Elegy n°56. Il écrit : « Superbe couverture de Krystal Camprubi pour ce nouveau roman d’Armand Cabasson. (…) En trame de fond, une réflexion sur la liberté et le libre arbitre, ce cadeau empoisonné que Dieu a offert à ses créatures humaines. »


Enfin, Science et Vie Junior d’octobre 2008 écrivait « ce roman plein de fougue, d'un excellent auteur français, vous plongera en pleine Guerre des Roses, entre fantasy et histoire. Et entre l'angleterre et l'écosse... » et, pour Christian Robin, sur Le Courrier Français, La Dame des MacEnnen est « Un texte intelligent, poétique et pleinement abouti. »


Enfin, sur un blog que nous avons trouvé par hasard et au nom poétique, Lectures au Clair de Lune et à l'Orée du Bois, Scarabae dit « Séduite par la quatrième et la magnifique couverture je n'ai pas hésité. La mariage des genres fantastique et historique est subtilement orchestré. (…) J'ai vraiment apprécié le style précis et les descriptions minutieuses et grandioses des combats, de la profondeurs des paysages ou même des personnages. »


Nous vous rappelons que La Dame des MacEnnen est en lice pour le prix Merlin 2009 et que vous avez jusqu'au 16 mars pour voter.


edit : sur le tout nouveau et tout beau site La Lune Mauve, Lullaby déclare que La Dame des MacEnnen « est un roman qui se lit très vite. Mais si la lecture se fait rapide, ce n’est pas seulement en raison de son court nombre de pages. C’est aussi parce qu’à peine la première page entamée, on refuse de poser le livre avant de l’avoir terminé, on est immédiatement happé au coeur de l’histoire. (...) un livre comme on aimerait en lire plus souvent, solidement ancré dans l’Histoire et traversé par un souffle épique et passionnel rare. On referme le livre encore hébété par tant de fracas et de fureur, tant d’émotion et de passion. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie Chenu - dans Livres - édition
commenter cet article

commentaires

kReEsTaL 23/02/2009 17:10

A noter que Lullaby en a fait une chronique sur La Lune Mauve:
http://www.lalunemauve.fr/ecritures/news-litteraires/sorties-litteraires/la-dame-des-macennen-darmand-cabasson/

Quant à moi je suis en plein Miel des Lunes...

Au fait, tu avais bien reçu mon dernier email?

Lucie Chenu 23/02/2009 18:00


C'est super ! Je vais éditer l'article, du coup, pour que tout le monde y ait accès (les gens ne pensent pas forcément à lire les commentaires). Je suis ravie qu'elle l'ait aimé ^__^
(mais pas vraiment étonnée ;-))

Et je vais fouiller dans ma boîte à mails !